#LaVeriteSurLesFilles : Pour Twingo, Renault s’amuse des clichés!

Si vous êtes sur les réseaux sociaux comme moi, vous avez pu lire de nombreux tweets avec le hashtag #LaVeriteSurLesFilles. Une recherche rapide vous renverra alors vers le compte @Twingo_FR. De quoi m’intriguer et partir à la pêche aux infos… Voilà donc la nouvelle campagne digitale de Renault pour sa nouvelle citadine. Pourquoi? Comment? Décryptage.

laverite

Par les filles et pour les filles…

La clientèle de Twingo est majoritairement féminine. C’est donc aux femmes que cette campagne s’adresse principalement. Et qui mieux que des femmes pour parler aux femmes? Renault et Marcel Agency ont donc fait appel Nora Hamzawi et Bérengère Krief, humoristes et comédiennes et à des blogueuses, Coline, Kenza ou Deedee. Le constructeur a voulu réunir ces femmes dynamiques, bien dans leur époque -tiens… un slogan Twingo ça- pour s’adresser, justement, aux femmes d’aujourd’hui. Que ce soit sur les réseaux sociaux ou encore sur des imprimés de T-Shirt, #LaVeriteSurLesFilles reprend volontairement des clichés sur la gent féminine, les assume pour au final mieux les détourner et en rire. Ainsi, toutes les petites filles croient au prince charmant non? Si, si… regardez :

Image de prévisualisation YouTube

Et je ne vous parle même pas des bonnes résolutions…

Image de prévisualisation YouTube

De l’activation digitale au pop-up store…

Jusqu’au 27 février, Renault invite les filles à dire “leurs vérités” sur les réseaux sociaux. Des vérités souvent clichés mais c’est aussi faire preuve d’auto-dérision ou tout simplement se moquer des préjugés pour mieux les combattre. Les filles peuvent s’exprimer également sur le site web dédié et les comédiennes et blogueuses choisiront plus tard quelques “vérités” qui seront alors imprimées sur des goodies vendus dans un pop-up store éphémère du 27 février au 8 mars au 15 rue des Halles à Paris! Twingo partira ensuite sillonner les routes de France à compter du 20 mars pour porter haut les couleurs de la collection #LaVeriteSurLesFilles !

verite2

Une campagne sexiste?

Les tweets et posts #LaVeriteSurLesFilles ont très vite fleuri sur les réseaux sociaux depuis avant hier. Et si cette campagne “pour les filles par les filles” semble plutôt plaire ou amuser, nombreux sont ceux ayant réagi pour la juger comme sexiste. Je vous éviterai la longue litanie de tweets sur le sujet mais même le community manager du compte @Twingo_fr a dû réagir hier avec plusieurs tweets tels que celui-ci “Trop de clichés sur les filles, #LaVeriteSurLesFilles vous permet justement de les détourner.” De quoi remettre un peu cette campagne à sa place ou du moins celle à laquelle Renault et l’Agence Marcel ont voulu l’orienter : l’humour. Si, bien entendu, on peut comprendre que cette campagne interpelle et que tout le monde ne saisisse pas le second degré qui y transparait, on s’étonne que de nombreux journalistes s’engouffrent dans la brèche pour dénoncer le sexisme. MetroNews ou encore Le Nouvel Obs –mention spéciale car la journaliste fait dans la facilité et les clichés… piles les choses qu’elle reproche à la campagne Renault! – crient au bad buzz en se faisant le relai de quelques tweets exprimant leur agacement. C’est aussi faire abstraction des milliers de twittos féminines qui semblent elles apprécier et jouer le jeu! C’est aussi sans doute sans avoir pris le temps de lire le Dossier de Presse qui exprime clairement la volonté de la campagne de s’amuser des clichés pour mieux les dénoncer. Enfin, c’est sûrement aussi sans avoir regardé les mini-films écrits par Bérangère Krief rempli de 2nd degré tel que celui-ci :

Image de prévisualisation YouTube

L’Avis du Marketeur :

Alors, que penser de cette nouvelle campagne #LaVeriteSurLesFilles ? Bien construit, le dispositif a très vite pris sur les réseaux sociaux. C’est drôle et plutôt bien fait et, à la manière de #CapturCall l’an passé, si la voiture n’est pas au premier plan, elle accompagne habilement la campagne pour qu’au final, on l’identifie vite à l’opération. Mais alors, que penser du bad buzz que certains dénoncent? Y a-t-il du sexisme dans cette campagne? Pas pour moi. Mais je devine aisément que celles et ceux qui ne seront pas d’accords se disent très vite “Normal qu’il ne voit pas le sexisme puisque c’est un mec”… Voilà qui serait encore un raccourci bien rapide… Enfin, bad ou pas, la campagne fait le buzz et au final, ses détracteurs ne contribueraient-ils pas à son succès? ….

Via Renault, Marcel Agency.

Auteur: Frédéric

Partager cet article sur

7 commentaires

  1. Je suis un mec et je trouve ça sexiste. Je te renvoie d’ailleurs à la définition du sexisme pour comprendre pourquoi ça l’est, mec ou pas mec.Je t’invite également à te renseigner sur le renforcement et la justification des clichés au travers des ressorts humoristiques prétendant les dénoncer ; à lire aussi toute la merde immonde que ce hashtag a généré, au milieu des autres twitts soit féministes, soit terrifiants de niaiserie et d’imbécilité venant renforcer encore et encore l’idée que les femmes sont des connes débiles, vénales et stupides. On aurait fait le même hashtag sur une autre population dominée, cela ne serait tout simplement pas passé. Par contre, les femmes, c’est bon. Z’ont qu’à avoir de l’humour, les connes, hein. C’est con parce que le produit est cool, les humoristes choisies sont très cool et l’agence en question sait produire de splendides campagnes. Là, c’est juste raté et ça oublie l’essentiel d’une publicité visant à faire vendre : le produit et ses qualités.

    Répondre
    • Ah. J’oubliais. Une pub’ n’est pas là pour faire rire des autres, des défauts des autres, des humains. Elle est là pour faire vendre un produit pour ses qualités. Stigmatiser une population au travers de généralisations, c’est simplement profondément con.

      Répondre
      • Je te rejoins sur ce point. Mais la publicité d’aujourd’hui s’adapte aussi à la société d’aujourd’hui. Tu remarqueras que c’est de plus en plus rare qu’une publicité vante réellement le produit qu’elle est censée vendre. C’est valable pour l’auto comme pour plein de produits de grande consommation. Et c’est bien dommage…Par contre, tu ne penses pas que l’humour soit un bon moyen (tout dépend l’application qu’on en fait, on peut ne pas être d\’accord sur cette dernière) de dénoncer des choses? Pour moi, la campagne belge était vraiment sexiste car le second degré n’était pas du tout perceptible et la réalisation catastrophique, ce que j’ai d’ailleurs dénoncé ici : http://www.automotive-marketing.fr/10376/quand-renault-belgique-fait-un-bad-buzz-avec-la-nouvelle-twingo Je ne perçois pas ce niveau là dans la campagne actuelle de Renault et Marcel.

        Répondre
        • Tant que ces constructeurs ne comprendront pas que c’est le produit qu’ils doivent vendre, ils ne vendront pas. Il faut être fier de ce qu’on fait et le dire 🙂 Pour ce qui est de l’humour, je pense qu’il est indispensable. Il faut rire de tout. C’est casse gueule et c’est à mon sens le domaine réservé des humoristes (dont celles de ces pubs) : ils/elles prennent le risque, ils questionnent, ils font rire de l’horreur, c’est salvateur; ça déchire parfois et ça fait mal pour le bien quand c’est bien fait. Certains domaines de l’humour sont tellement tendus socialement qu’il est même difficile d’en jouer, sauf à être particulièrement doué. Rares sont ceux qui peuvent s’en prévaloir. Dans le domaine de la pub, ces domaines de l’humour sont d’autant plus à proscrire puisqu’ils servent un discours de marque / de pub et ne pourront jamais atteindre cette liberté de ton qui les rend “acceptables”. Tout du moins ne leur fait pas perdre le questionnement intrinsèque à l’humour. La moquerie bête et méchante, ce n’est pas de l’humour. Les gens oublient ça. Souvent. Très.Quand Samsung trolle Apple, j’applaudis. Quand Renault trolle Opel, j’applaudis aussi même si on surfe à la limite de l’esprit des Nations… En revanche, demain la marque X te fait une pub avec des noirs et des blancs en opposition, c’est raciste. Ou genre des noirs qui puent. AHAHAH. Bah non, pas AHAHAH. Même combat pour les femmes, c’est sexiste. Et même combat pour une pub sur les hommes d’ailleurs ! C’est juste tellement rare qu’en général on ne le note même pas. En revanche, toutes les pubs où on transforme les femmes en connes décérébrées paraissent normales aux yeux de beaucoup. Y compris des femmes. On peut être femme et ne pas voir le sexisme, la preuve avec certains twitts que tu mentionnes.

          Répondre
        • Je suis d’accord avec toi sur le fait que cette campagne de Marcel est “moins pire” que celle de Renault Benelux qui était juste infâme :)Reste que le brief / la posture est casse gueule. J’entends bien la volonté de Marcel et Renault de bien faire. Le choix des actrices est éloquent d’ailleurs. Fortes en matière grise, en gueule. Sauf que leur truc pourra toujours être le mieux fait du monde, tant qu’il peut être repris par des internautes pour en faire un truc immonde (les twitts de garçons et filles, profondément sexistes, stupides, niais, sans aucune profondeur intellectuelle), c’est raté.Et là, c’est bien raté : j’ai vu quelques trucs drôles oui, avec beaucoup de dérision. Mais pour le reste : des trucs dégueulasses.Alors oui, Marcel aura un reach hallucinant à présenter à Renault. Faudra en revanche pas trop creuser…

          Répondre
          • Là, tu marques un point quant à la reprise et l’interprétation par les internautes (dans un sens comme dans l\’autre) 🙂 C’est sans doute l’une des limites des réseaux sociaux où tout le monde peut dire et écrire tout et n’importe quoi…

  2. Bah moi, je la trouve très bien cette campagne! Et puis si c’était sexiste, je ne pense pas que Bérangère Krief aurait accepté d’y participer! C’est plutôt quelqu’un qui dit ce qui pense et qui a du caractère! Bravo Renault!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *