#DriveToTennis : Peugeot renforce son engagement dans l’univers du tennis!
Mai29

#DriveToTennis : Peugeot renforce son engagement dans l’univers du tennis!

A l’occasion de l’ouverture ce week-end des Internationaux de Roland Garros, Peugeot annonce renforcer son engagement dans le tennis. Partenaire et voiture officielle de Roland-Garros depuis 33 ans, partenaire Platinum et voiture officielle de l’ATP World Tour depuis 2016, PEUGEOT continue de s’affirmer comme un acteur majeur du tennis et ne compte pas s’arrêter là. Peugeot a en effet dévoilé il y a quelques jours une équipe complète de nouveaux ambassadeurs destinés à véhiculer les valeurs de la marque et l’accompagner dans sa montée en gamme auprès du public. Décryptage. Nouvelle stratégie « Next Generation, New Sensations ». Ce ne sont en effet pas moins de quatorze joueurs internationaux qui deviennent ambassadeurs du constructeurs, tous fédérés autour du célèbre “Guga” alias le joueur brésilien Gustavo Kuerten : Lucas Pouille, Gilles Simon, Jérémy Chardy et Alizé Cornet pour la France Alexander Zverev pour l’Allemagne David Goffin pour la Belgique David Ferrer, Fernando Verdasco, Pablo Carreño, Roberto Carballés, Nicolas Almagro pour l’Espagne Jamie Murray pour le UK Juan Martin Del Potro et Leonardo Mayer pour l’Argentine. Un bon moyen pour développer la notoriété de la marque dans les pays pré-cités qui sont des marchés importants pour le Lion mais aussi en Chine où le tennis devient un sport de plus en plus populaire. Afin de soutenir cette nouvelle stratégie, Peugeot lance une campagne publicitaire principalement digitale avec le hashtag #DriveToTennis. Reconnaissons que le spot, dévoilé ce jour, est un belle réussite qui mêle habilement le tennis et l’actualité produit de Peugeot ce qui n’est pas un exercice facile : Toujours plus de Roland Garros… Le tournoi français est mondialement connu et dans la continuité de sa stratégie, Peugeot renouvelle son partenariat avec la Fédération Française de Tennis et devient partenaire premium de Roland Garros. Ainsi, la marque intègre le trio des plus grands partenaires afin d’accroître sa visibilité media mais aussi aux abords des cours. Roland Garros s’invite également au (minuscule) showroom Peugeot Avenue des Champs Elysées à Paris pour une exposition éphémère où les visiteurs pourront, via la réalité virtuelle, jouer un match de tennis en 3D, le tout dans un univers terre battue. L’automobile jamais très loin! Ainsi, une flotte de plusieurs de véhicules va arpenter la Région Parisienne pour transporter joueurs, staff et officiels durant toute la quinzaine. Grande première : outre les 3008, 5008, 508, Traveller et autres Partner, Peugeot va faire rouler pour la première fois un 3008 autonome afin que joueurs et journalistes puissent découvrir cette technologie. En outre, en collaboration avec Free2Move,  Peugeot va fournir des solutions innovantes de gestion des courses en temps réel à l’occasion de Roland-Garros. Grâce à l’application GéoMissions, le gestionnaire de flottes interagit avec le  chauffeur le...

Lire la suite
#AdopteUnMannequin : la nouvelle opération inattendue de Volvo!
Mai04

#AdopteUnMannequin : la nouvelle opération inattendue de Volvo!

Volvo, mondialement connu pour la sécurité de ses véhicules, s’est fixé un objectif : 0 mort à bord d’une Volvo en 2020. Un objectif ambitieux que la marque remet sur le devant de la scène avec une nouvelle campagne virale plutôt inattendue : #AdopteUnMannequin. On connaissait Volvo pour la qualité de réalisation et l’émotion de ses campagnes de communication. Mais on n’attendait pas forcément le constructeur suédois sur l’humour. Verdict. Avec #AdopteUnMannequin, Volvo nous questionne sur le devenir des mannequins de crash-test qui vont devenir bien inutiles tant la sécurité des Volvo est de haut niveau. A la manière du célèbre siite adopteunmec.com, Volvo propose donc aux internautes “d’adopter un mannequin” de crash test. Si la campagne, lancée par la filiale française et son agence Auditoire, interpelle, c’est bien entendu par son ton mais aussi par son rythme. D’abord avec un phase intrigante de teasing sur les réseaux sociaux en avril puis la publication de cette vidéo en guise de reveal du site www.adopteunmannequin.com : Volvo aurait pu s’arrêter là et on obtenait déjà une campagne de marque sur la sécurité plutôt bien conçue. Mais le constructeur a décidé de pousser l’opération jusqu’au bout en créant dix profils “d’ex-mannequins crash test” totalement déjantés qui dévoilent leur personnalité et, au travers d’un jeu concours, vous propose de passer une journée “inoubliable” avec l’un d’entre eux! Dernière chose étonnante, la marque revendique s’adresser, avec cette campagne, à une cible 18-35 ans. Clairement pas la cible Volvo et, plus généralement, des gens qui ne sont pas des acheteurs automobiles puisque rappelons que l’âge moyen d’un acquéreur est de 53 ans. Mais Volvo assume ce parti-pris afin de rajeunir son image et, dixit Nathalie Duneau, Directeur Marketing de Volvo Car France, vouloir “extirper un sourire sur Volvo à cette cible”. Mais alors, que penser de cette campagne? Bien entendu, on pourrait s’étonner de la cible visée par Volvo. Néanmoins, à y bien réfléchir, le constructeur soigne son image auprès des prescripteurs, des influenceurs et des futurs acheteurs automobiles. Ce changement de ton, Yves Pasquier-Desvignes, Président de Volvo Car France, nous en avait parlé lorsque nous l’avions interviewé. Volvo, challenger sur le marché du premium, doit se distinguer pour émerger. C’est déjà le cas par ses produits ou ses campagnes de communication classiques. C’est encore le cas par la proximité que la marque entretient sur les réseaux sociaux avec ses followers. Désormais, il faut aussi s’attendre à ce que Volvo nous surprenne et ose investir des territoires et des cibles inconnus jusqu’alors, en mass media comme en digital. Pour le plus grand bonheur des marketeurs? Assurément! Mais pas...

Lire la suite
4 raisons qui font qu’Alpine est quand même une marque automobile comme les autres.
Avr27

4 raisons qui font qu’Alpine est quand même une marque automobile comme les autres.

J’ai lu récemment qu’Alpine n’était pas une marque automobile comme les autres. Et bien, désolé, je vais peut-être contrarier les aficionados, mais je pense que si. Malgré ses différences, ses spécificités, ses atouts, j’oserai même dire son charme, Alpine me semble être une marque tout à fait comme les autres. Et en soi, c’est loin d’être un problème et ça permet à ceux qui l’ont écrit et à moi-même d’avoir un titre particulièrement accrocheur ! Vous avez donc relevé mon esprit de contradiction. Je le précise de go, j’ai bien entendu une affection particulière pour cette marque et suis vraiment impatient de revoir ces voitures sur la route. J’use donc un peu de « provocation » pour dire que bien entendu, même si la stratégie d’Alpine est intéressante en terme de communication, elle ne révolutionne pas pour autant les codes tant que ça. Mon avis en 4 points. Un show-room qui ressemble quand même vachement à une concession Boulogne-Billancourt, quel meilleur endroit pour voir la renaissance d’Alpine : le premier « point physique » de la « nouvelle » marque vient en effet d’ouvrir ses portes à deux pas du siège historique de la firme au losange. La toute nouvelle A110 y est exposée aux côtés de son illustre aïeule et du modèle de course A460 dans un bâtiment au style épuré. Ici, on ne parle pas de concession, pourtant la ressemblance est frappante. On ne devrait pas non plus y voir de vendeurs mais des « experts de la marque » qui échangent avec les fans autour de sessions virtuelles ! Ok, une fois passé ces beaux discours, force est de constater que le showroom d’Alpine est un lieu où on peut voir des voitures, surfer sur des ordinateurs et sans doute même en insistant un peu, en acheter en étant accompagné d’un vendeur. Avec cette arrivée « en dur », on peut toutefois parler de retour à la « normale » pour la firme qui jusqu’à présent construisait sa relation avec les prospects uniquement par voie d’applis. D’autres points de vente Alpine doivent ouvrir à partir du mois de septembre. On en évoque une vingtaine en France et une soixantaine dans le monde. Classique. Une présentation finale dans un salon automobile Le magazine Stratégies qui a fait sa couverture récemment sur Alpine (ce qui prouve toutefois sa spécificité) parlait récemment de lancement 2.0 . Avec sa campagne de communication 100% digitale et ses moyens de commande particulièrement « virtuels », la marque a un peu cassé les codes de la communication automobile. Toutefois, l’inévitable Salon reste quand même le rendez-vous ultime et incontournable. En effet, la version finale de l’Alpine A110 a enfin été présenté dans un bon vieux salon comme on en fait...

Lire la suite
Vrai ou faux? Tesla dépense 0 dollar en marketing…
Fév08

Vrai ou faux? Tesla dépense 0 dollar en marketing…

Les sollicitations pour AUTOMOTIVE MARKETING sont régulières. Que ce soit de la part de journalistes pour me questionner dans le cadre d’un article ou d’un reportage, d’entreprises ou d’écoles pour des conférences, débats ou encore, très souvent, d’étudiants pour des questions lors de mémoires ou de rapports de stage. Je ne peux répondre à toutes les sollicitations même si j’essaie. L’article en présence fait suite à la demande d’un étudiant suisse qui m’explique avoir assisté à une conférence récente d’un responsable de Tesla (noté qu’on ne dit plus Tesla Motors mais simplement Tesla désormais!) durant laquelle ce dernier expliquait que les dépenses en marketing de Tesla s’élèvent à 0 dollar ou presque. L’étudiant, interloqué, me demandait comment cela était possible car à l’issue de cette conférence, tout est devenu très flou pour lui… Alors vrai ou faux? Décryptage.  0 dollar… Il est vrai qu’en faisant rapidement quelques recherches sur le web, on trouve des dizaines d’articles expliquant le modèle de rupture de Tesla. Et de nombreuses interviews de responsables de l’entreprise expliquant que Tesla ne dépense quasiment rien en marketing… Voilà qui attise forcément la curiosité. Par quel miracle Tesla réussit-il cette prouesse? Et c’est vrai qu’en cherchant dans ma mémoire, je n’ai pas le souvenir récent d’avoir vu quelconque publicité pour Tesla. De là à en déduire que les dépenses marketing de la marque sont proches de zéro, c’est aller un peu vite en besogne… Tesla : un modèle en rupture? Assurément! On ne peut pas nier que Tesla bouleverse les codes classiques de l’industrie automobile. D’abord, de par sa montée en puissance rapide. L’entreprise n’a été fondée qu’en 2003 et dix ans plus tard, elle s’est réellement faite une place dans le paysage automobile. Une place à part car Tesla s’est dès le départ orienté sur un fournisseur de solutions de mobilité qui s’inclut lui-même dans une plus vaste entreprise où on réfléchit mode de transport et éco-mobilité plutôt que simplement constructeur automobile. Ce positionnement, on le doit au talent et à l’esprit visionnaire du fondateur, Elon Musk, que beaucoup qualifient à raison du Steve Jobs de l’industrie auto! Du haut vers le bas… Ce qui a aussi poussé Tesla à revoir le modèle classique, c’est que le constructeur a pris le parti de s’implanter dans l’automobile par le haut : on oubliera le premier modèle, roadster électrique, pour se concentrer sur la berline S qui s’échange contre plus de 100 000 dollars. A l’inverse de beaucoup de constructeurs qui cherchent à monter en gamme, Tesla fait l’inverse en ayant lancer une berline luxueuse pour peu à peu descendre en gamme avec un SUV moins onéreux aujourd’hui et demain...

Lire la suite
Insolite : Volkswagen ne vous souhaite pas une bonne année! (ou presque)
Jan05

Insolite : Volkswagen ne vous souhaite pas une bonne année! (ou presque)

En naviguant ici et là pour vous préparer le florilège des voeux des constructeurs autos, la home page de Volkswagen a attiré mon attention. Pourquoi? Car j’ai été interpellé par le message suivant :  Surprenant non? Voilà qui a attisé ma curiosité et m’a logiquement donné envie de cliquer sur la mention “Découvrir pourquoi”. Redirigé sur le site volkswagen-et-moi.fr, le message d’accueil m’a une nouvelle fois interloqué! Un dessin nous suggère que Volkswagen ne nous souhaiterait pas une bonne année !? Quelle mouche aurait donc piqué le service communication de Volkswagen? Est-ce un stagiaire qui se serait emparé du site web pour nous faire une blague? En fait, rien de tout ça! Juste que “les cartes de voeux, c’est pour les gens qu’on ne voit jamais“… Voilà qui devient soudain plus rassurant! Car oui, VW a choisi de raconter une histoire à ses fans et clients plutôt que de simplement leur souhaiter une bonne année. Pourquoi? “Parce qu’ensemble, on a fait des km…“ S’ensuivent alors d’autres dessins tous plus réussis les uns que les autres mettant en scène le célèbre Combi VW et des instants de vie… … jusqu’à la conclusion qui renforce le lien de proximité que veut créer le constructeur avec sa clientèle. Certains y verraient presque une douce déclaration… Cette jolie façon de souhaiter une bonne année sans user de la traditionnelle carte de voeux en privilégiant un message fort et de proximité est bien entendu à découvrir sur le site “VW et moi” en scrollant les différentes vignettes. L’Avis du Marketeur :  Ne cherchez pas : vous ne trouverez pas parmi les vidéos ou les posts des constructeurs un message plus joliment exécuté pour cette nouvelle année 2017! Volkswagen surprend encore et toujours! Bien entendu, les histoires de ces derniers mois ont laissé des traces et VW se doit de regagner la confiance de ses acheteurs. C’est une belle manière de chercher à y parvenir en adoptant un ton toujours aussi caractéristique de la marque mais en y ajoutant une bonne dose d’humanité et des mots au sens fort tels que “proche”, “écrire des histoires”,… . Bref, les voeux VW, on en est...

Lire la suite
Volkswagen & moi : un petit air de “voitures à vivre”
Avr20

Volkswagen & moi : un petit air de “voitures à vivre”

C’était en Septembre 2015, l’affaire éclate et elle va éclabousser du monde! Volkswagen, « das auto » himself, aurait équipé certains de ses modèles d’un logiciel permettant de fauser les contrôles et de présenter ainsi des performances positives en matière de pollution. Ouvertures d’enquêtes, dépôts de plaintes, départs dans le top management, rappels en série, le constructeur est au cœur d’une tourmente technique, financière, managériale et médiatique. Après les communicants de crise, les marketeux font devoir rentrer en jeu. 1ère décision, et non des moindres, en début d’année 2016, mi-mars en France, le constructeur décide de mettre fin au slogan certes puissant mais quand même méga pompeux « Das Auto ». La volonté : ne plus mettre la voiture au centre du discours, mais plutôt la vie autour de la voiture. Et oui, Renault avait un peu inventé ça avec des « voitures à vivre ». Selon les propres termes du communiqué de Volkswagen : il faut « réinstaller les gens au centre du discours». Bref, on fait profil bas, on remet l’utilisateur au cœur de la stratégie de marque et on arrête d’essayer de montrer qu’on est les meilleurs, les clients s’en fichent. Quand on regarde le scénario, on se dit que c’est dommage d’attendre une crise mondiale pour en arriver à l’évidence, mais c’est aussi à cela que ça sert : Ouvrir les yeux. Le résultat de ce repositionnement c’est une campagne baptisée « Volkswagen & moi » et dont DDB Paris a fait une petite merveille. Le principe est de mettre en avant le rapport des clients à la marque en leur proposant de poster des photographies les mettant en scène avec leur Volkswagen. Cela passe par un agrégateur www.vwetmoi.fr qui réceptionne les photos envoyées par mail ou postées sur les réseaux sociaux avec le hashtag #VWetMoi. En parallèle, et parce que ces messieurs dames du marketing de Volkswagen ne sont pas des manchots, des médias puissants soutiennent l’opération : un spot TV charmant et des prints somptueux nous rappellent que les Volkswagen sont les voitures de nos vies, de chacune des étapes de nos vies. C’est beau comme tout et le spot TV est porté par une musique à tomber (« I’ll be your home » de Philip LaRue).      Les prints sont soignés dans un esprit vintage Instagram qui nous donne envie de replonger dans les vieilles boites à chaussures où trainent les photos de nos parents. Alors, oui, je vois poindre les critiques : c’est du déjà vu. Evidemment, c’est même de l’archi déjà vu. J’en parlais avec Renault. C’était il y a 20 ans. Mais avec cette reprise de parole, Volkswagen a besoin de se positionner farouchement sur le registre de l’humilité, de la simplicité et de l’émotion. La marque doit reconquérir le cœur des gens...

Lire la suite
Page 1 sur 20123451020Dernière page »