Essai Citroën C4 Cactus : Piquante séduction!

S’il y a bien un essai que j’attendais avec impatience, c’est celui de cette nouvelle Citroën C4 Cactus. Depuis sa révélation en février, la C4 Cactus a réellement piqué ma curiosité. Elle constitue le premier ambassadeur de la nouvelle identité des chevrons, aux côtés de la citadine C1 qui vient d’être renouvelée. Citroën a choisi d’organiser les essais aux Pays-Bas. D’abord, parce que la famille Citroën en est originaire et que voilà un joli symbole au moment où Citroën ouvre un nouveau chapitre de son histoire. Ensuite, car le pays représente bien le nouveau positionnement de la marque mêlant design, simplicité et art de vivre. Bref, direction Amsterdam pour rencontrer ce nouvel objet roulant qui prétend répondre aux questions d’aujourd’hui en matière d’automobile. Le verdict.

C4 Cactus : l’essentielle…

Pour la C4 Cactus –et oui, on dit une C4 Cactus et non pas un-, Citroën est parti d’une feuille blanche. Bien entendu, on se souvient du concept car éponyme présenté en 2007. Si l’esprit du modèle a été conservé, la forme, elle diffère totalement. Car cette C4 Cactus est le premier modèle à illustrer le nouveau positionnement de Citroën au sein des trois marques du groupe PSA. DS s’émancipe pour devenir une alternative aux marques premium. Peugeot veut être le meilleur des généralistes et prend ainsi pour cible Volkswagen. Citroën se veut quand à lui plus accessible. Mais plus accessible ne veut pas dire low cost. Non, Citroën revendique plus de design, de confort et de technologie utile pour un budget maîtrisé. Bref, des voitures fun, agréable à conduire, bien équipé et pas trop chère. Exactement le positionnement revendiqué par…. Renault!

CL 14.002.010

C4 Cactus : Quand le marketing décide…

Pour Automotive Marketing, rencontrer la C4 Cactus, c’est un peu comme fêter Noël avant l’heure. Car pour C4 Cactus, la marque est partie d’une feuille blanche et l’omniprésence du marketing dans sa conception transpire immédiatement. Déjà l’originalité du nom, qui n’a pas fait débat très longtemps chez Citroën, comme nous le confie Anne Ruthmann, Chef de Projet Cactus se prononce facilement dans toutes les langues. Et il représente bien la synthèse de design et d’innovation qui caractérise le modèle mais aussi la protection de la carrosserie avec les Airbump“. Quand à l’appellation C4,c’est pour positionner le véhicule comme une alternative au segment C. Mais certainement que les gens parleront de leur Cactus comme ils parlent aujourd’hui de leur Picasso. C4 Cactus ne remplace aucun modèle dans la gamme Citroën et doit repositionner clairement Citroën comme un constructeur innovant.

CL 13.116.005

La marque a donc voulu créer un véhicule à la croisée des chemins : un véhicule compact, avec un look aguicheur, habitable comme une berline compacte mais au prix, en théorie, du segment inférieur. Un vrai casse-tête pour les équipes des chevrons qui ont dû redoubler d’efforts pour trouver des solutions innovantes et peu coûteuses… Mais aussi un moyen pour la marque de se différencier. Ainsi, alors que toutes les marques nous parlent du “toujours plus”, Citroën positionne sa C4 Cactus comme une véritable alternative plus en phase avec les attentes des consommateurs. Un positionnement clairement identifiable dans la communication réussie mise en place par les chevrons qui annonce C4 Cactus comme une petite révolution, “la voiture qui répond aux questions d’aujourd’hui“!

Image de prévisualisation YouTube

C4 Cactus, c’est plus de design…

S0704177

Avec 4,16 de longueur, C4 Cactus se positionne à mi-chemin entre les citadines et les berlines compactes. Ca ne vous rappelle rien? Bien sûr que si, les crossovers urbains tels que sont les Renault Captur et Peugeot 2008. C’est d’ailleurs sur la base technique de ce dernier que repose C4 Cactus. Mais Citroën a fait des choix atypiques pour que son véhicule ne soit pas répertorié que dans cette catégorie à la mode. C4 Cactus se veut bien plus bas que ses concurrents. En effet, avec une hauteur de 1,48m, il n’est pas plus haut qu’une berline C4. Mais Citroën l’a doté d’un look de petit baroudeur avec de vastes protections sur la carrosserie – les Airbump, disponibles en 4 couleurs, , une innovation qui a nécessité 3 années de recherche et qui protège la carrosserie des chocs urbains en encaissant les coups grâce à l’air emprisonné dans leur structure – , des grosses jantes –mention spéciale pour les jantes bicolores Cross, très réussies– ou encore de barres de toit très stylisées. C4 Cactus reprend également les codes stylistiques avant inaugurés avec le C4 Picasso à savoir des phares surmontées d’une rangée de LED qui ne figurent pas dans le même bloc optique. C4 Cactus fait fi de la mode du moment et remplace les lignes sportives et tendues par une silhouette faites de rondeur et de surfaces lisses.

S0604167

A l’arrière, la C4 Cactus se veut beaucoup plus classique dans sa forme même si le hayon intègre un morceau de plastique reprenant la couleur des Airbump et intégrant en incrustations les différentes inscriptions. On notera aussi que les designers ont eu – et c’est plutôt rare – le droit de s’amuser avec le logo de Citroën qui devient donc noir et chromé. Très réussi même si ça dénote un peu avec le reste de la gamme… Quoiqu’il en soit, C4 Cactus affiche un design fort et novateur qui se veut clairement clivant. Soit on adore, soit on déteste, il n’y a pas d’entre deux. De mon côté, j’adhère totalement à ce look très réussi qui interpelle. Et je ne suis pas le seul car tout au long de notre essai, on a entendu bien plus de “waouh” que de “bahhh”. La forme de la voiture étant déjà originale, je le préfère cependant dans des teintes classiques – mention spéciale à la version blanc nacré avec Airbump chocolat et jantes Cross… <3 – histoire de ne pas en faire trop. Mais Citroën ose aussi un peu la couleur avec des harmonies originales rouge, prune… également plutôt jolies – comme cette harmonie jaune et Airbump noirs -.

DSCF4284

C4 Cactus, c’est plus de confort et de technologie utile?

Une fois le tour du propriétaire fait, montons à bord. Ici aussi, la marque a décidé d’innover. C4 Cactus arbore une planche de bord très épurée surmontée de deux écrans. Le premier, face au volant, reprend les informations essentielles à la conduite. Citroën a jugé bon de retiré le compte-tours, remplacé simplement par un indicateur de passage de vitesses. Un choix curieux mais qui sera déploré seulement par les puristes. La plupart ne le remarquera pas. L’autre écran, de 7 pouces, regroupe l’ensemble des commandes de la voiture : configuration, climatisation, système audio et multimédia, GPS, ordinateur de bord, téléphone.

CL 14.001.018

Finis les boutons dans tous les sens, seule une rangée comprenant les warnings, le dégivrage et les aides à la conduite est présente. C’est plutôt bien vu même si le système tactile, déjà rencontré dans la Peugeot 308 et le C4 Picasso, manque encore cruellement de réactivité. Un mieux cependant, Citroën a ajouté de nouveaux raccourcis sur l’écran principal ce qui évite d’aller chercher sans cesse dans les menus pour changer la température de la clim’ par exemple. Le système embarque une nouvelle fois les services connectés PSA, dénommés ici Citroën Multicity Connect via la Clé 3G qui se branche dans la console centrale. Une option à 379€… que je vous déconseille de prendre. Si les applications proposées sont intéressantes -notamment iCoyote-, la lenteur du système vous découragera. Pire, la clé 3G est très mal située et il suffit qu’elle bouge un peu pour immédiatement se déconnecter. Si on a observé un léger mieux du système par rapport aux essais des Peugeot 308 et 308 SW, ça n’est pas encore ça. Idem pour le GPS qui se perd régulièrement et peut mettre une dizaine de minutes avant de retrouver son chemin! Phénomène encore constaté plusieurs fois ce week-end à Amsterdam, que ce soit par moi ou d’autres blogueurs. Sur ces points, PSA se doit de réagir!!!

DSCF4281

Très épurée, la planche de bord affiche un vaste rangement face au passager. Pour cela, Citroën a libéré l’espace en innovant par l’intégration de l’airbag dans le pavillon. Voilà de quoi offrir une boite à gant généreuse et pratique qui s’ouvre vers le haut. Cette dernière peut-être dotée de motifs rappelant la maroquinerie, à l’instar des jolies lanières d’ouverture/fermeture des portes. C’est très joli et valorisant, tout comme les harmonies intérieures qui peuvent être de couleur brune, violette ou grise. Des couleurs qui se retrouvent sur la belle sellerie qui recouvre des sièges très confortables. D’ailleurs, lorsque la C4 Cactus s’équipe de la boite de vitesses robotisée ETG6, les deux sièges avants sont reliés par une troisième pièce en tissus afin d’évoquer un sofa comme au temps de la banquette avant des anciennes Citroën. Très élégant, même si on apprécie alors surtout l’accoudoir très confortables qui équipe ces versions, bien plus agréable que le banal accoudoir -repris de la 208- des version à boite manuelle.  Si Citroën a soigné la planche de bord, le constructeur indique clairement avoir favorisé les endroits où les yeux et les mains se posent régulièrement. Ainsi, sur les contre-portes et au bas de la console, Citroën fait appel à un plastique très bas de gamme. Heureusement, la finition n’appelle pas la critique même si plusieurs détails agacent comme la finesse de la moquette ou encore l’absence de celle-ci dans une partie du coffre. Une économie de bout de chandelle plutôt mal venue, comme l’absence de miroir de courtoisie sur le pare-soleil passager! Bref, si l’ensemble est plutôt valorisant, le très chic côtoie parfois le très cheap…

DSCF4279

Question vie à bord, C4 Cactus, dans sa longueur mesurée, réalise l’exploit d’afficher le même espace habitable que la berline C4. Une prouesse rendue possible grâce à l’ingéniosité des designers qui ont creusé les sièges et les contre-portes autant que possible. C’est réussi car on ressent une réelle impression d’espace à bord. Mais ça a aussi des limites comme celle d’avoir ainsi obligé à mettre des vitres à compas à l’arrière au lieu de vitre qui descende. Un choix aussi dicté par le souhait de réduire le poids. Citroën se passe ainsi de moteurs dans les portes pour faire descendre les vitres et économise 11 kg. Pas mal! C’est aussi cette chasse aux kilos superflus qui prive le pare-soleil passager d’un miroir, les vitres avant d’une fonction impulsionnelle ou encore l’agréable toit vitré d’un vélum (- 6 kg) et la banquette arrière de dossiers fractionnables (-6 kg également). Un choix totalement assumé par la Chef de Projet C4 Cactus, Anne Ruthmann, qui nous explique que Citroën a réalisé de nombreuses études auprès de la clientèle automobile pour valider ses choix : Au final, très peu d’automobilistes ont besoin d’une banquette fractionnable car très peu transportent des objets longs dans leur voiture. Pour les vitres arrières, c’est pareil, elles sont très peu utilisées de nos jours, les véhicules étant climatisés. L’économie réalisée est investie dans un équipement utile ou dans de l’innovation, tel que l’airbag passager au plafond qui libère une vaste boîte à gants, ou bien les Airbump qui protègent les flancs de la voiture”

DSCF4146

 Petite familiale, la C4 Cactus se veut accueillante avec vos bagages et affiche une belle capacité de 358 litres. Carré, le coffre se montre ainsi parfaitement exploitable. On regrettera seulement le seuil de chargement assez haut.

Et sur la route, ça donne quoi?

Durant ces deux jours, Citroën a mis à notre disposition deux motorisations. Une version essence 1.2 PureTech de 110 ch qui sera commercialisée dans quelques semaines et une version diesel 1.6 e-HDi de 92 ch dotée de la boite robotisée ETG6. Mention spéciale pour le parcours proposé par les équipes de la marque qui nous permet de découvrir le véhicule dans Amsterdam, sur une vaste portion d’autoroute mais aussi à travers la belle campagne hollandaise. Commençons par le 3 cylindres essence THP PureTech de 110 ch. Citroën ayant beaucoup travaillé le poids de sa C4 Cactus, ce moteur distille un agrément de conduite assez remarquable. Coupleux à bas régimes, ce 3 cylindres essence sait aussi monter dans les tours quand on le sollicite.

CL 14.081.005

C’est d’ailleurs là qu’il donne un peu de voix et affiche cette sonorité rauque un brin sportive propre aux 3 cylindres comme on peut aussi l’entendre sur le 1.0 Ecoboost de Ford. Avec une Cactus affichant à peine 1 T sur la balance, cette motorisation s’en sort bien et la boite de vitesses –à seulement 5 rapports– est bien étagée. Sur la route, la tenue de route de la C4 Cactus est excellente avec un bon compromis entre confort et sécurité. On remarque seulement une prise de roulis assez importante dans les virages serrés. Rien de bien dramatique mais le Peugeot 2008 doté du même châssis semble mieux éduqué de ce point de vue. Mention spéciale également pour le freinage, efficace et endurant et qui vous permettra sans problème d’éviter les cyclistes qui déambulent dans tous les sens à Amsterdam! La motricité ne prête pas non plus le flanc à la critique même si, lorsqu’on sollicite une accélération franche, on ressent quelques à-coups dans la direction. Une direction par ailleurs plutôt souple et légère, idéale en manoeuvre. Bref, le bilan routier est bon avec cette motorisation 1.2 THP de 110 ch qui correspond bien au caractère doux et enjoué de cette C4 Cactus. Même le Start & Stop, disponible de série, se montre relativement discret et réactif. Un bon point quand on sait que Citroën a choisi de remplacer le coûteux système d’alterno-démarreur par un S&S plus classique.

CL 14.081.009

On sera plus critique face à la motorisation 1.6 e-HDi. On plutôt pas envers la motorisation mais sa boite ETG6. Sous ce changement d’appellation se cache la bien connue boite robotisée BMP6 qui a été légèrement revue par les ingénieurs Citroën. Si le HDi est toujours aussi souple et onctueux, la boite ETG6 est, elle, toujours aussi lente. Bien entendu, vous pouvez oser des accélérations franches. Mais à coup sûr, vous les sentirez passer! C4 Cactus appelant à la conduite zen, la boite de vitesses ne démérite pas trop même si, même en adoptant un mode de conduite plus doux, on sent encore le flottement de la boite lors des passages de rapports. Citroën défend ici le principe que les clients qui choisissent l’ETG6 viennent de la boite manuelle et ne connaissent donc pas la fluidité d’une vraie boite automatique moderne ou des excellentes boites à double embrayage type DSG. Citroën précise aussi le faible coût de cette transmission : 700€. Un argument certes, mais un argument qui résonne surtout comme une réponse toute faite face à une problématique bien connue et faute de mieux. Car le client prêt à débourser plus pour une vraie boite automatique de qualité ne pourra pas être satisfait, Citroën ne proposant rien d’autre… C’est bien dommage surtout qu’il faut absolument cette transmission pour bénéficier de la banquette Sofa…

S0734180

Essentielle… côté budget aussi

Question argent, Citroën va aussi à l’essentiel. L’allègement du véhicule permet d’obtenir des performances honorables avec des petites motorisations et donc… de faibles consommations. Sur notre parcours mixte, le 1.2 THP 110 affiche une consommation moyenne de 5,7l au cent. Un record! Et ce, sans avoir négligé l’agrément de conduite. La C4 Cactus affiche aussi des émissions de CO2 très convenables quelque soit le moteur puisqu’aucun ne reçoit de malus. Enfin, certaines innovations telles que le Magic Wash –les diffuseurs du liquide de lave-glace sont intégrés aux essuie-glaces– permettent d’économiser sur les postes budgétaires. Ainsi, cette dernière innovation réduit de moitié la taille du réservoir du liquide et donc son coût. Au final, Citroën annonce une réduction de 20% des coûts d’utilisation.

DSCF4156

D’ailleurs, la marque propose une nouvelle façon de consommer la voiture avec notamment une LOA au kilomètre qui comprend l’assurance à la manière des offres de téléphonie mobile. C’est plutôt bien vu! Car question tarif, la C4 Cactus se calque sur ses concurrents. Ainsi une C4 Cactus Shine Edition 1.6 e-HDi ETG6 vaut 23 670€. Un Peugeot 2008 Féline à équipements et motorisation équivalents vous coûtera 23 850€ et un Renault Captur Dci 90 EDC 24 100€.  Enfin, une berline C4 dotée de la même motorisation et tout aussi bien dotée en finition Exclusive s’affiche à 26 650€. Mais avec les offres consenties par Citroën – 5 000 euros de remise en ce moment – elle s’affiche moins chère qu’une C4 Cactus! Bref, C4 Cactus affiche des tarifs compétitifs mais ne fait pas mieux que la concurrence sur ce point! De quoi définitivement retirer de votre esprit l’image du low cost si vous aviez encore un doute sur le sujet…

DSCF4140

Le verdict :

Pari réussi pour Citroën et sa nouvelle C4 Cactus! Fun, décalée mais aussi pratique, confortable, technologique, agréable à conduire et économe, la C4 Cactus réussit à repositionner Citroën comme un constructeur populaire et innovant. Bien dans son époque, C4 Cactus offre tout ce qu’on est en droit d’attendre d’une compacte moderne sans le superflu. Il y a forcément une clientèle pour cela. Mais la C4 Cactus plaira aussi aux autres grâce à son esthétique réussie qui la place aussi dans la catégorie des voitures tendance. C’est d’ailleurs clairement cette clientèle moderne et connectée qui devrait être séduite par la C4 Cactus. Une clientèle qui saura donc lui pardonner quelques défauts – comme son système multimédia désagréable, les matériaux bas de gamme ou son tarif pas si doux – et équipements indisponibles. Mais c’est aussi une clientèle qui dispose généralement d’un budget confortable et qui apprécierait sans doute que certains raffinements dont se passent la C4 Cactus sur l’autel du coût soient disponibles, au moins en options. Gageons qu’avec les évolutions annuelles, la banquette arrière rabattable, le rétroviseur électrochromatique ou encore le miroir de courtoisie sur le pare-soleil feront leur apparition sur la liste des personnalisations possibles. Et Citroën aurait d’ailleurs bien tort de s’en priver! Cette C4 Cactus affiche une forte personnalité qui renvoie immédiatement à des modèles mythiques des chevrons tels que la 2 CV ou la Méhari. Et c’est un vrai bonheur de voir quel enthousiasme suscite cette voiture. On espère maintenant que Citroën saura la faire évoluer régulièrement comme ses aînées. Si, question moteur, rien de plus puissant n’est pour le moment prévu, question personnalisation, on imagine bien une C4 Cactus avec un toit en toile à la manière de ces ancêtres. Et il se murmure que Citroën y pense…  Bref, Citroën marque des points avec cette ambassadrice de son nouveau positionnement “essentiel”. Reste à confirmer avec les futurs modèles…

Les + : concept “essentiel” respecté, design réussi et novateur, habitabilité généreuse, bien-être à bord, véritable agrément de conduire, possibilités de personnalisation, confort.

Les – : système multimédia pas encore au point, boite ETG6 lente, équipements indisponibles même en option, détails de finition et choix parfois discutables.

Retrouvez plus de photos dans notre galerie dédiée!

Remerciements à l’ensemble des équipes Citroën pour ces essais. Un merci particulier à Anne Ruthmann, Chef de Projet C4 Cactus, qui a accepté de répondre en toute franchise à nos questions.

Auteur: Frédéric

Partager cet article sur

2 commentaires

  1. super essai, comme toujours, avec de belles photos en compl

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *