Essai Peugeot 308 SW : Sensations version break!

Auréolée du titre de Voiture de l’année 2014 lors du dernier Salon de Genève, la nouvelle Peugeot 308 se décline depuis le 24 avril en version break, appelée SW comme c’est de coutume chez Peugeot. Après une berline “concentrée sur vos sensations” qui m’avait fait forte impression lors de mon essai, c’est logiquement que je me suis rendu aux essais de cette nouvelle déclinaison qui, selon la marque, devrait représenter à terme 1/3 des ventes de 308. Un break qui promet “des sensations en grand” et qui inaugure également de nouvelles motorisations : 1.2 essence PureTech de 130 ch et 2.0 BlueHDi 150. Autant de bonnes raisons de vérifier si les bonnes impressions -et sensations- vécues avec la berline se confirment. Verdict.

Des sensations… mais en plus grand?

Le film brand “Design & Driving” a posé les jalons d’une nouvelle communication plus émotionnelle chez Peugeot. Le mot “sensations” figure désormais dans toutes les publicités du constructeur au Lion et la publicité de la 308 SW n’y échappe pas. Elle reprend les codes de la publicité de la berline et poursuit les métaphores visuelles initiées par le film de marque. Bien entendu, le spot fait la part belle à l’allongement de la ligne tout en voulant rassurer sur l’élégance et la fluidité du modèle. Un spot toujours signé Betc Paris, l’agence de com’ de Peugeot :

Image de prévisualisation YouTube

Si le claim publicitaire de la 308 SW est “des sensations en grand” et figure sur tous les supports développés par la marque, vous noterez qu’il ne clôture pour le moment pas le spot diffusé fin avril. Logique car c’est la première fois que le Lion communique en TV sur le titre de Voiture de l’année reçu par la 308 et les nouvelles motorisations. Ca aurait fait un peu trop de messages d’un coup! Comme les précédentes, on ne peut que saluer cette publicité très réussie.

“Commencez par étirer les lignes”…

DSCF2011

Si Peugeot commercialise la 308 SW seulement six mois après la berline, c’est que les deux autos ont été développées en même temps et par les mêmes équipes. Un souhait du designer Gilles Vidal afin que cette nouvelle version ait les mêmes codes stylistiques que la voiture dont elle est issue. La 308 SW s’allonge de 33 cm par rapport à la berline : 11 cm au profit de l’empattement pour l’habitabilité et 22 cm sur le porte-à-faux arrière pour le volume de coffre. Esthétiquement donc, on retrouve la face avant sobre et réussie de la 308 surtout quand elle se dote des phares full LED.

DSCF1971

A l’arrière, Peugeot a étrangement mis de côté les feux avec trois griffes qui se déploient peu à peu sur toute la gamme pour des feux plus classiques très grands qui viennent mordre sur les flans du véhicule. Ces “gros” feux détonnent un peu avec les phares fins mais le hayon étant très épuré, ils sont là pour le “remplir” un peu. Ca n’est pas dénué d’élégance mais ça demeure très classique. Heureusement, la signature lumineuse à LED rehausse le tout quand la lumière s’assombrit. Pour le profil, chacun jugera. Personnellement, on voit de suite que Peugeot a voulu faire un break qui a du coffre avec un hayon droit et un long porte-à-faux. Ca casse un peu le profil dynamique de la voiture et la rend esthétiquement un peu pataude. Mais rassurez-vous : c’est beaucoup moins gênant dans la réalité que ne le laisse supposer des photos statiques du véhicule. Cette sensation de lourdeur est largement atténuée quand votre 308 SW se dote de jantes de 17 pouces ou les sublimes jantes Saphir 18 pouces de nos modèles d’essai, rendant l’allure globale très élégante. C’est moins esthétique avec des “petites” roues… L’ensemble n’est toutefois pas désagréable à défaut d’une ligne vraiment “dynamique” comme le revendique Peugeot. Pour cela, la ligne de la berline s’avère plus réussie. Et sur le segment des breaks compacts, une SEAT Leon SW se veut plus “suggestive”. Petit clin d’oeil à l’histoire, notre parcours nous a permis de croiser l’une des ancêtres de cette 308 SW, la 305 break. Appréciez comme les voitures ont évolué (et grandi!) en trente ans!

DSCF1939

Break de charme… et de charge!

En toute logique, la 308 SW reprend le mobilier intérieur de la berline avec cette étonnante planche de bord i-cockpit. On l’a suffisamment commenté lors de l’essai de la berline pour ne pas vous en parler plus longtemps. Retenez que la montée en gamme prônée par Peugeot est réellement perceptible. Les harmonies proposées sont également très agréables (optez pour le magnifique intérieur Guérande!) et que la 308 SW reprend l’excellent contenu technologique de la berline. Si l’écran tactile et le GPS semblent s’être améliorés, on peste toujours contre le Peugeot Connect Apps toujours aussi…. lent!

308SW_Le Touquet (40)

Nous avons pu parcourir plus de 55 km avant que l’application Coyote ne veuille bien se mettre en marche. Peugeot n’a fait aucun effort sur ce point. Un comble quand on imagine l’argent englouti dans le développement d’un tel équipement! On retrouve aussi le vaste toit panoramique qui baigne agréablement l’habitacle de cette 308 SW. On regrette toujours qu’il ne soit pas ouvrant alors que de plus en plus de concurrents s’y mettent. Mais ça n’est pas à l’ordre du jour chez Peugeot dixit les responsables. Dommage…

DSCF1987

Intéressons-nous plus en détail à l’arrière car c’est là que se trouve la nouveauté. Aux places arrières d’abord où l’empattement supérieur profite réellement à l’espace aux jambes. Deux adultes pourront s’y installer très confortablement tout en profitant d’un accoudoir au centre. Une place du milieu à réserver plutôt aux enfants. On apprécie aussi l’installation facilitée par des portes à large ouverture. Loin d’être un détail, c’est vraiment pratique lors qu’on monte ou descend. La mère de famille qui devra également installer son bébé sur un siège enfant validera également mon point! Bref, on se sent bien à bord de ce break qui respire à la qualité et offre beaucoup d’espace. Vos bagages ne seront pas en reste dans la soute -pardon, le coffre- qui accueille pas moins de 610 dm3! Le volume est entièrement exploitable car le dessin est carré et la 308 SW dissimule nombre de petits rangements dans le plancher de son coffre. Banquette rabattue en une manipulation grâce au système Magic Flat (il suffit de tirer une petite poignée sur le côté du coffre), vous disposez alors d’un volume géant de 1660 dm3! Voilà de quoi en mettre…On a d’ailleurs fait le test en s’entassant à pas moins de 9 dans ce coffre!

DSCF1953 DSCF1996 DSCF1992 DSCF1994

La route des sensations?

L’intérêt que suscite la 308 SW ne réside pas seulement à son vaste volume habitable. Elle inaugure aussi deux nouvelles motorisations que nous avons pu essayer sur plusieurs centaines de kilomètres chacune. Mais la première chose qui frappe lorsqu’on conduit la 308 SW, c’est qu’on n’a pas du tout l’impression de conduire un break. Les sensations sont identiques à la berline 308 dont nous avons déjà vanté la tenue de route et le confort. La 308 SW fait aussi oublier dès les premiers tours de roues qu’elle est plus grande et plus lourde que la 308. La voiture se montre très agile et la tenue de route est excellente. On apprécie toujours autant le petit volant et la direction incisive qui renvoie d’excellentes sensations dynamiques. Notre essai débute par le nouveau moteur 1.2 e-THP PureTech de 130 ch fabriqué à la Française de Mécanique De Douvrin, désormais une filiale 100% PSA et que nous avons eu la chance de visiter.

DSCF1965

Ce 3 cylindres turbo-compressé est un bijou de technologie qui affiche le meilleur rendement couple bas régime/puissance du marché. Au-delà de cette phrase presque sortie du communiqué de presse, cette petite motorisation offre un réel agrément de conduite. Elle répond à la moindre sollicitation et émet la sonorité rauque un brin sportive caractéristique des 3 cylindres à chaque accélération. Très souple, ce moteur se montre vaillant et il n’est nul besoin de rétrograder pour relancer la voiture dotée par ailleurs d’une boite de vitesses 6 rapports parfaitement étagée! Cette motorisation démontre que l’essence est désormais de retour. Un point que confirme les relevés de consommation : on ne parlera pas ici du record établi par Peugeot qui sert avant tout la communication et ne sera jamais reproductible dans des conditions normales de circulation. Mais cela, tous les constructeurs le font, c’est le jeu. Non, durant notre parcours mêlant ville, route (avec un peu de relief) et une portion d’autoroute, l’ordinateur de bord affichait 6,7l de consommation moyenne. Un score somme toute très raisonnable et qui devrait encore chuter lors que la voiture aura un peu plus rouler.

308SW_Le Touquet (37)

Peugeot pense bien entendu aussi aux gros rouleurs et nous avons donc pu essayer le nouveau diesel BlueHDi 150 en boite mécanique ou automatique. Un bloc que j’avais pu tester en avant-première lors des essais de la berline et qui m’avait particulièrement convaincu par son dynamisme et sa souplesse. Seul bémol à l’époque, le bruit. Mais Peugeot avait alors assuré retravailler ce point. Et c’est le cas. On a donc retrouvé avec grand plaisir cette motorisation dynamique qui sied parfaitement à l’excellent châssis de la 308 SW. Répondant à la moindre sollicitation, elle étonne par son onctuosité et ses performances élevées, presque sportives! La boite mécanique est toujours aussi convaincante mais les gros rouleurs l’apprécieront aussi avec une toute nouvelle boite automatique à six rapports EAT6 douce et réactive. Quasiment aucun à-coups et des réponses rapides à chaque situation, elle adopte vraiment votre style de conduite. Depuis le temps qu’on attendait une “vraie” bonne boite automatique chez PSA, cela est enfin arrivé!

308SW_Le Touquet (32)

Pour renforcer les sensations de conduite, la 308 SW inaugure également le “Driver Sport Pack”. Une option à 280€ qui “stimule les sens” du conducteur selon Peugeot. En appuyant sur le bouton situé sur la console centrale, la direction se fait plus ferme, la pédale d’accélérateur devient plus réactive tandis que le combiné passe en mode “sport” en changeant sa couleur du blanc vers le rouge. De nouvelles informations apparaissent dans l’ordinateur de bord telle que la puissance délivrée ou la pression de suralimentation. Pour ajouter encore aux sensations, la sonorité du moteur est également amplifiée de manière artificielle grâce à un ampli numérique qui modifie l’acoustique de l’habitacle. Si cette option se montre intéressante -on apprécie notamment la meilleure réactivité de l’accélérateur ou la direction plus incisive-, on regrette de ne pas pouvoir la paramétrer. On supprimerait alors l’amplification moteur qui devient vite agaçante, particulièrement sur le 1.2 THP qui a déjà une sonorité bien à lui. Néanmoins, saluons le côté fun de cette option.

instru_image_photo_leader 308SW_Le Touquet (42) 308SW_Le Touquet (43) 308SW_Le Touquet (44)

Le verdict :

La nouvelle 308 est une auto bien née et qui mérite amplement son titre de Voiture de l’année. Logiquement, sa déclinaison break SW s’avère également aboutie. Agréable à vivre, bien équipée et pouvant être dotée de toutes les technologies à la mode, cette nouvelle version offre en plus de l’espace pour les passagers et leurs bagages. Les nouvelles motorisations se montrent également très convaincantes. Le 1.2 e-THP 130 pétille et distille un réel agrément de conduite. Le diesel 2.0 BlueHDi 150 satisfera également les gros rouleurs tout en leur offrant également de véritables sensations de conduite dynamiques. Bien entendu, la voiture se montre tellement douée qu’on est peut-être plus enclin à s’attarder sur les quelques défauts qu’elle partage avec la berline. Pour la ligne, tout est affaire de goût. Elle demeure élégante mais s’appréciera surtout dans les finitions hautes avec les phares LED et les jantes de 17 ou 18 pouces qui lui permettront d’alléger un peu un profil qu’on aurait souhaité plus dynamique, quitte à perdre quelques dm3 dans le coffre. Un coffre qui ravira les familles et les commerciaux de par sa conception astucieuse et sa forte capacité. Bref, la 308 SW se montre à la hauteur de son slogan publicitaire en vous offrant les excellentes sensations de la berline… en plus grand!

Les + : Qualité de finition, habitacle et coffres bien pensés, tenue de route et confort exemplaires, plaisir de conduite inchangé par rapport à la berline, motorisations convaincantes, insonorisation soignée, équipements.

Les – : Interface tactile encore perfectible, services Peugeot Connect Apps pas au point, toit panoramique non ouvrant, impossibilité de paramétrer le Driver Sport Pack.

Remerciements aux équipes de Peugeot pour leur accueil et plus particulièrement à Diane Del Boca Foucher et Anthony Roux.
Remerciements également aux équipes de la Française de Mécanique pour leur accueil et une visite passionnante de l’usine.

Auteur: Frédéric

Partager cet article sur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *