Essai VW Golf GTi : Souvent copiée… jamais égalée?

1976. Volkswagen lance une version sportive de son modèle phare, la Golf GTi est née. Le succès est fulgurant et tous les concurrents s’engouffrent dans la brèche, lançant à leur tour des versions sportives de leur compactes. RS, ST, R, GT …, autant d’abréviations nées pour concurrencer la Golf. 1,9 million d’exemplaires et 37 ans plus tard, la Golf VII GTi entend poursuivre la lignée. Et comme pour faire un pied de nez à la concurrence, Volkswagen rappelle que la première GTi compacte du marché, ce fut sa Golf avec une signature publicitaire un brin provocatrice : “Golf GTi : Souvent copiée… jamais égalée!” Vraiment? Je suis allé le vérifier en compagnie d’autres blogueurs au tout nouveau Driving Center du circuit Paul Ricard!

La Golf GTi, c’est Las Vegas!

Fini le politiquement correct, les voitures plaisir ont fait leur retour dans la gamme des constructeurs qui n’hésitent plus à les mettre en avant. Pour le lancement de la Golf GTi, VW a donc décidé de mettre en place un vrai plan média afin de repositionner sa Golf comme LA GTi! C’est l’agence anglaise Adam&Eve DDB qui a été chargée de concevoir le plan média mondial, ensuite adapté par les différents pays. Le constructeur est donc allé tourner un spot publicitaire à Las Vegasafin de renforcer le côte “joueur” du modèle”– et en a confié la réalisation à Paul W.S. Anderson, connu entre autres pour les films Resident Evil. Fidèle à la tradition VW, on découvre une publicité très soignée avec une touche d’humour. Pour renforcer son accroche “souvent copiée, jamais égalée”, VW a choisi en bande son la célèbre chanson “My Way” de Franck Sinatra. Sauf qu’avant que le chanteur l’entonne, on voit quelques amateurs qui s’y essaient… Mais bien entendu, personne n’est à la hauteur de l’original!

Image de prévisualisation YouTube

Outre de l’affichage (classique, et dynamique dans les aéroports) et un site web, Volkwagen a innové en France en lançant un inédit concours sur Twitter. Le but était simple : un compteur comptabilisait chaque jour les tweets postés contenant le #GolfGTi pendant une semaine. A la clé, des cadeaux chaque jour et un cadeau final permettant à un twittos de remporter un voyage à Las Vegas! De quoi boucler la boucle de la stratégie de communication. Un succès pour VW puisque pas moins de 50 000 tweets #GolfGTi ont été postés!

Une Golf en tenue de sport…

Quand on s’appelle Golf, on veut bien se mettre en tenue de sport pour se dégourdir les roues. Mais pas question d’enfiler le jogging cheap trouvé au Décathlon du coin. Non, les designers ont soigné le look sportif dans les moindres détails. La Golf GTi se veut immédiatement reconnaissable, mais l’exubérance, très peu pour elle. Elle se dote d’un d’un pare-choc avant sport largement aéré (il faut faire respirer la mécanique!) et du célèbre liseret rouge de calandre qui se poursuit de manière très élégante jusque dans les optiques à LED.

Abaissée de 15mm, la GTi est également parfaitement posée sur la route grâce à des montes pneumatiques de 17 pouces (18 et 19 en options sur la version Performance) et des jantes au design spécifique très évocateurs. Le sigle GTi est parsemé à divers endroits de la carrosserie tandis que la partie arrière est tout aussi sportive avec un becquet largement proportionné, un diffuseur d’air et de sorties d’échappement. Sans être transfigurée, la Golf VII se veut ainsi plus “expressive” pour le plus grand plaisir de la rétine…(cliquez sur les miniatures pour agrandir)

Du sport? Oui. Du confort? Oui aussi!

Cette sportivité suggestive et élégante se poursuit à l’intérieur du véhicule. Volant et sièges sport, pédalier en alu, pommeau de levier de vitesse en forme de balle de golf (boite manuelle) ou encore la mythique sellerie à carreaux -rebaptisée Interlagos- sont de mises et la GTi annonce la couleur. Une ambiance sportive? Oui. Mais pas sans renier sur le confort. L’ambiance sombre rajoute à l’élégance du modèle tandis que l’éclairage d’ambiance rouge donne le ton. Volkswagen ne fait l’impasse sur aucun équipement, que ce soit pour le confort comme pour la technologie, tout est du dernier cri. La GTi se veut également plus accueillante que la version précédente avec une habitabilité accrue et des espaces de rangement plus nombreux. Du sport oui… et en famille svp!

Le ramage, c’est bien. Mais avec le plumage… c’est mieux!

Maintenant qu’on a fait le tour du propriétaire, il est temps de prendre le volant. Et pour cela, Volkswagen nous a choyés. Après un petit trajet d’une quarantaine de minutes au départ de l’aéroport où je laisse le volant à ma copilote Clémence des Enjoliveuses, nous voici arrivés sur le lieu du crime. Le flambant neuf Driving Center, une piste “Loisirs” inaugurée en mai sur le circuit Paul Ricard au Castellet nous attend. Des instructeurs également, afin de nous accompagner dans la découverte du tracé et des voitures pour en profiter pleinement. Après le brief, les choses sérieuses commencent. Je troque logiquement mes mocassins pour des tennis… et oui, on va faire du sport! Volkswagen a mis à notre disposition des Golf GTi dans deux définitions : normale et Performance. On passera sur la version GTD également testée car je vous en reparlerai plus tard.

Différences entre ces deux versions : outre une puissance accrue de 10 ch (230 ch vs 220 ch), la GTi Performance ajoute un blocage de différentiel avant et des disques de frein au diamètre plus important et quelques détails stylistiques. Ces détails, loin d’être négligeable, ajoutent beaucoup à cette version qui porte bien son nom. Après avoir apprivoisé la Golf GTi avec un instructeur, on commence à lâcher la cavalerie. Le moteur TSi, commun aux 2 versions, répond présent, que ce soit avec la boite manuelle comme l’excellente boîte à double embrayage DSG. Préférant habituellement jouer du levier, je me laisse agréablement convaincre par cette transmission efficace : la GTi pousse fort avec un 0 à 100 km/h en 6,5 secondes – 6,4 sur la Performance- et le freinage, endurant, permet d’enchaîner avec aisance l’arrivée rapide en courbes et les freinages tardifs!

La direction progressive, une première sur une Golf GTi, est précise et la voiture se guide avec précision, bien aidée par une tenue de route très sécurisante. Impossible pour moi de définir dans quelle mesure la prise de confiance a joué, mais j’ai été bien plus bluffé par la version Performance que la version classique. Le blocage de différentiel avant n’engendre aucune perte de puissance, bien au contraire, et offre à la Golf GTi une agilité surprenante tandis que, logiquement, la meilleure motricité permet de pousser un peu plus la Golf dans ses retranchements. On se retrouve vite à des vitesses élevées sans s’en rendre compte… d’autant plus que la GTi, dotée d’un châssis très équilibré et de nombreuses assistances électroniques saura corriger quelques erreurs (qui a dit sorties de piste?) dues à un excès de confiance.

Plaisir et sensations garantis, le tout dans un confort feutré. On déplorera sur circuit une (trop?) grande discrétion du moteur qu’on aimerait plus expressif sonorement! En même temps, pour une utilisation de tous les jours, ce silence restera plus appréciable!

Les tours défilent, les changements de conducteurs aussi et il est déjà temps pour nous de redescendre sur Marseille pour reprendre l’avion. Après ces quelques heures de “sport”, vous vous doutez bien que je ne cède cette fois-ci pas ma place et conserve le volant jusqu’à l’arrivée à l’aéroport! Las, il est temps de rendre les clés de la belle… mais je compte bien la retrouver un jour pour un moment un peu plus long!

Le Verdict :

Coupons court tout de suite au débat : si vous êtes un nostalgiques des GTi spartiates mais attachantes et performantes d’il y a trente ans, vous risquez d’être un peu déçus par cette Golf GTi…. comme par toutes les GTi du marché d’ailleurs. Les goûts des clients ont évolué et nous ne voulons plus sacrifier le confort et les équipements sur l’autel du plaisir de conduire suprême. Les GTi actuelles respectent avec plus de rigueur leur appellation de “Grand Tourisme Injection” soit des voitures offrant des performances élevées le tout dans un confort de voyage de haut vol. Si vous êtes en accord avec cette définition moderne de la GTi, -comme la grande majorité des clients d’aujourd’hui- alors vous risquez fortement de succomber aux charmes de cette nouvelle Golf GTi. Plus performante, plus économe, plus habitable, plus confortable et mieux équipée, cette Golf GTi a un attrait indéniable. La version Performance ajoute un soupçon de piquant supplémentaire bienvenu et un côte plus exclusif encore et obtient donc ma préférence. Souvent copiée, la Golf GTi dispose de nos jours d’une liste de concurrentes conséquentes et également talentueuses (Mégane RS, Focus ST, Leon Cupra, Astra OPC et j’en passe…). Difficile de dire si ces concurrentes égalent la reine Golf ou non, ça, je vous laisse en juger. Mais il est clair que le cocktail Golf + GTi + Performance devient (ou demeure, c’est selon) un enivrant mélange dont il est difficile de se séparer… En attendant la Golf R et ses 300 chevaux!

Les + : look sportif mais élégant (sobre), tarif abordable (à partir de 31 890€), performances, comportement routier exemplaire, contenu technologique important, continuité du “mythe” Golf GTi, version “Performance”.

Les – : sonorité trop timide, assistances électroniques trop intrusives, options trop chères (990€ le toit ouvrant!), habitacle pas assez différencié d’une Golf classique, essai trop bref…. 🙂

Retrouvez plus de photos dans l’album dédié sur notre page Facebook!

Un grand merci aux équipes de Volkswagen France, GroupM et aux pilotes instructeurs du Driving Center pour leur disponibilité et leur accueil.

Auteur: Frédéric

Partager cet article sur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *