Essai nouvelle Peugeot 308 : Augmented Technology?

Lors de sa sortie en 2013, la Peugeot 308 m’avait vraiment marqué par ses nombreuses qualités qui en faisaient l’une des meilleures berlines compactes de son segment. Forcément, quatre ans plus tard et alors que la concurrence a réagi, la Lionne passe par la case restylage. L’occasion de vérifier si elle reste dans le coup. Verdict.

Augmented technology !

Au-delà d’inaugurer la nouvelle identité des publicités Peugeot, le spot de la nouvelle 308, révélé en exclusivité sur les réseaux sociaux par Jean-Philippe Imparato, Directeur de la marque, nous promet de faire le plein de technologies. Peugeot n’ayant plus besoin de mettre en avant le plaisir de conduite procuré par sa berline, la marque a opté pour un spot qui nous montre habilement le nouveau style de la 308 mais aussi sa mise à jour technologique. C’est bien vu même si, par le passé, Peugeot nous a habitué à plus réussi pour la 308, notamment la campagne de lancement du modèle, encore dans nos têtes.

Image de prévisualisation YouTube

Style : nouvelle, vous avez dit nouvelle ?

Peugeot veut devenir le Volkswagen français. La 308 a été la première à clairement revendiquer le positionnement de montée en gamme du Lion et, logiquement, Peugeot adopte les mêmes recettes que l’allemande. A l’image de la Golf restylée de début d’année, la 308 ne modifie que légèrement son design : nouveaux boucliers, nouvelle signature lumineuse, lion dans la calandre, feux légèrement fumés et désormais toujours allumés… et c’est à peu près tout ! Peugeot a cependant conservé le principe de l’ancienne gamme à savoir d’un côté des finitions au design classique et élégant (jusqu’au niveau Allure), et des versions au design plus affirmé voire sportif avec les GT Line et GT. Ce sont, stylistiquement parlant, ces versions qui ont ma préférence avec des détails réussis comme les clignotants défilants, les phares Full LED ou encore les rétroviseurs noirs laqués.

Mais le gros avantage du design « classique » de la 308 : en quatre ans, il ne s’est pas démodé ! La 308 garde toute son élégance et cette mise à jour apparaît suffisante. On aurait peut-être apprécié un dessin intérieur des feux revus ou encore de nouvelles jantes alu… mais dans l’ensemble, la 308 reste toujours aussi réussie.

Révolution technologique ?

La révolution, c’est plutôt sous le capot et dans les technologies embarquées qu’on les remarque. D’abord, la 308 inaugure chez PSA le nouveau bloc diesel 1.5 BlueHDi de 130 ch. Venant remplacé le déjà réussi 1.6 BlueHDi de 120 ch, ce nouveau bloc s’avère très réussi. On pourra être surpris de son manque d’inertie en bas du compte-tours mais dès qu’on monte, il est bien présent ! Une philosophie proche d’un moteur essence ? N’hésitez pas à opter également pour le moteur PureTech 1.2 130 ch, également plus réussi !

En attendant d’autres évolutions moteurs promises l’an prochain, la 308 inaugure aussi la nouvelle transmission automatique EAT8 : comme son nom l’indique, elle a désormais 8 rapports et équipe en série la version GT diesel BlueHDi de 180 ch. Un duo parfait car si on pouvait parfois reprocher à l’EAT6 un manque d’entrain, cette nouvelle boite en gomme les légers défauts. Un duo également convaincant qui pourra très vite vous faire perdre votre permis…. Mais on vous le conseille malgré tout !

On ne s’attardera donc pas trop sur les qualités dynamiques de la 308 : elle était et reste douée sur la route, notamment avec ces nouveaux ensembles moteur/boite. Et toujours ce petit volant qui vous donnera le sourire kilomètre après kilomètre.

Un tableau presque parfait. Et je l’écris clairement : que ce soit en version GT BlueHDi 180 comme en GT essence THP 205, la 308 distille un plaisir exceptionnel de conduite. Si vous ne voulez pas gâcher cela, évitez d’enclencher le “Driver Sport Pack”. Cette touche, qui figure sur la console centrale, renforce le comportement dynamique de la 308. Et, pour le gadget sympathique, fait passer les compteurs en rouge. Pour le gadget beaucoup moins sympathique, elle diffuse également un surplus acoustique via les haut-parleurs censés faire plus “sport”. Sauf que ce bruit artificiel est tout simplement horrible. Pourquoi Peugeot n’a pas profité de ce restylage pour rendre tout cela paramétrable? Faute…

Du mieux à bord?

Disons-le tout de suite :  la révolution n’est pas de mise à l’intérieur de la nouvelle 308. Le mobilier n’a pas changé. La bonne finition des assemblage et la qualité des matériaux non plus. Tout juste note-t-on des nouvelles selleries, et encore, pas sur toutes les finitions.

C’est une nouvelle fois sur le poids de vue technologique que la 308 évolue : son écran central est désormais capacitif, même s’il fait un peu petit face à ce que la concurrence propose. La mise à jour a surtout visée à doter la 308 du bagage technologique inauguré par le SUV 3008 sur les aides à la conduite : navigation connectée, régulateur de vitesse adaptatif, aides au maintien dans la voie et angles morts actives sur la direction ou encore caméra de recul avec vue de dessus ou freinage anti-collision avec détection piéton… la 308 revient dans la course. Dommage que Peugeot n’ait pas poussé au point de doter sa 308 d’une technologie encore inédite sur le segment ou alors de se doter d’un écran digital pour remplacer ses compteurs comme une certaine Golf… ou le SUV 3008 !

Pour le reste, l’habitabilité et le coffre de la 308 restent dans la moyenne (le break étant l’un des plus logeables) alors que le confort de suspension préserve toujours aussi bien vos lombaires. Le conducteur sera donc ravi de l’arrivée de toutes ces nouvelles aides tandis que les passagers resteront un peu sur leur faim : on aurait tout de même un peu plus de nouveauté à bord pour vraiment parler de “nouvelle” 308. A l’instar d’un toit vitré toujours fixe… alors que Peugeot s’est enfin (re)mis au toit ouvrant. Mais on comprend que cela aurait nécessité sans doute trop d’investissements.

Donc cette 308, zéro défaut ?

Je n’irai pas jusque-là. Non, car la 308 a aussi conservé quelques défauts : son habitabilité assez moyenne, ses rangements peu nombreux et ses commandes regroupées sur un écran au détriment de l’ergonomie. On pourra aussi lui reprocher de ne pas avoir profiter de cette mi-vie pour monter encore d’un cran sa qualité perçue : elle est bonne… mais désormais d’autres généralistes savent faire aussi bien.

Mais quoiqu’il en soit, malgré ces quelques petites faiblesses, la 308 reste l’une des compactes référentes sur son segment. Plaisir de conduire, tenue de route, confort et désormais bagage technologique la place encore dans le Top3 de de sa catégorie. Peugeot a procédé “à l’allemande” en faisant une mise à jour plus profonde (moteurs, technologies,…) qu’il n’y parait et toutes ces évolutions sont bénéfiques. Bref, la nouvelle 308 reste “un sacré numéro” dans la gamme Peugeot et la success story devrait encore perdurer!

Les + : ligne toujours dans le coup, plaisir de conduite et tenue de route exceptionnels, mise à jour technologique pertinente, confort, qualité de fabrication…

Les – : … mais désormais “dans le rang”, habitabilité moyenne, absence de Peugeot iCockpit de 2nde génération.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire