Essai Hyundai i10 : Citadine inspirée!

C’est l’effervescence sur le segment des citadines. Le trio C1/108/Aygo a été renouvelé tandis que la Twingo 3 arrive dans les concessions. Plus discrètement, Hyundai a aussi renouvelé sa citadine i10. Une citadine qui a été récompensée en début d’année par les Trophées de l’Argus. Une voiture réfléchie et inspirée par nos modes de vie, dixit la pub du constructeur coréen. Après mon essai de la Peugeot 108, il était normal que je vérifie si la citadine française avait à craindre de cette concurrence qui se renforce sans cesse sur le segment. Alors la Hyundai i10, vraiment aux goûts des conducteurs européens? Le verdict.

La somme de tout ce qui vous inspire…

Pas facile pour la Hyundai i10 d’exister sur un segment très concurrentiel et trusté par des citadines bien établies. Mais c’est aussi un produit important pour la marque qui s’appuie dessus pour redresser ses ventes et lui offre donc régulièrement des campagnes de communication y compris en TV. Preuve en est avec ce spot qui tente de nous raconter comme a été conçue cette nouvelle génération : en s’inspirant de ses utilisateurs et leur vie. Hyundai souligne aussi un point important, le fait que sa citadine soit lauréate des Trophées de l’Argus 2014.

Image de prévisualisation YouTube

Un bon point souligné dans une publicité bien trop classique et qui présente l’i10 dans une couleur grise qui ne la met pas particulièrement en valeur… Bref, une publicité un peu trop passe-partout et c’est dommage…

Ligne inspirée!

i10 A.Taquet 19

Qu’on apprécie ou non Hyundai, il faut reconnaître qu’en quelques années, les designers de la marque ont fait de gros progrès. Si on n’achetait pas la première i10 et ses aînées Atos pour leur design, l’esthétique devient un véritable argument commercial pour le nouvel opus. Si le profil demeure monovolume, tout le reste change. La voiture affirme sa personnalité avec des phares et feux au dessin soigné et jovial. De nombreuses lignes plus acérées donnent un caractère dynamique au modèle tandis que Hyundai soigne les détails avec des feux de jour à LED ou encore des jantes alliages foncées de 15 pouces.

i10 A.Taquet 2

Notre modèle d’essai, en finition haute, présente vraiment bien. On apprécie aussi la couleur originale, un bleu clair qui sied plutôt bien à une citadine et égaye un peu le paysage automobile majoritairement constitué de véhicules gris, blancs ou noirs… Couleur que vous ne découvrirez malheureusement pas sur les photos car le temps pluvieux durant tout mon essai n’a pas permis de jolis clichés. Mais vous apprécierez encore plus l’auto avec ces belles photos signées Arnaud Taquet et qui montrent l’i10 dans la même finition que celle de notre essai.

i10 A.Taquet 17

Bref, le tour du propriétaire commence bien, cette i10 soigne sa présentation extérieure. Montons alors à bord…

Sobriété germanique? Non, coréenne!

i10 A.Taquet 61

En ouvrant la porte, la bonne surprise continue. La planche de bord présente bien même si l’ensemble parait un brin austère. On sent ici que Hyundai s’inspire de plus en plus des constructeurs allemands. Bien pour la finition, moins pour la joie de vivre même si de la couleur sur les sièges et la planche de bord tente d’égayer le tout. Mais ce qui m’aura le plus frappé à bord de cette i10, c’est la présentation générale qui semble bien supérieure aux autres voitures de la catégorie. Ayant enchainé cet essai juste après celui de la Peugeot 108, c’est là qu’on constate un monde entre les deux. Et la référence n’est clairement pas celle qu’on pourrait croire.

i10 A.Taquet 60

La Hyundai i10 présente en effet bien mieux : les contre-portes sont entièrement habillés, la sellerie et la moquette sont plus agréables tandis que l’espace à bord est bien plus conséquent. Autre remarque positive, cette i10 fourmille de rangements et elle fait aussi le plein d’équipements! Démarrage sans clé, climatisation automatique, GPS –non intégré-, 4 vitres électriques –et de vraies vitres, pas des compas à l’arrière– radar de recul,… l’i10 surprend avec un équipement presque aussi complet que celui de la catégorie supérieure. Un constat que l’on observe tout au long de l’essai.

S7-Essai-Hyundai-i10-1-0-pile-dans-le-mille-324332

L’habitabilité et le coffre font référence dans la catégorie et on apprécie aussi la banquette fractionnable et entièrement rabattable afin d’augmenter encore le volume. Dernier point positif, l’insonorisation soignée, très largement supérieure à ce qu’on connait dans la catégorie car l’on entend quasiment pas le moteur. Peugeot 108, Toyota Aygo et Citroën C1 devraient s’en inspirer…

Citadine de route?

i10 A.Taquet 16

En statique, cette Hyundai i10 semble clairement conçue pour les européens. Ces prestations alléchantes vont-elles se gâter sur la route? Et bien non, la bonne surprise continue! Equipée d’une motorisation 1.2 forte de 87 chevaux, n’attendez bien entendu pas de cette i10 des prestations sportives. Pour autant, mes premiers kilomètres à son bord s’effectuent sur autoroute. Autant le dire tout de suite, elle n’a aucun souci à atteindre et maintenir le 130 km/h. Mais surtout, s’aventurer sur l’autoroute avec elle n’a rien d’un calvaire. L’insonorisation est véritablement soignée et on peut réaliser une conversation téléphonique via le Bluetooth sans que votre interlocuteur ne vous fasse répéter un mot sur deux! La i10 séduit également par son confort, plutôt correct même si on apprécierait une sellerie un peu moins ferme.

i10 A.Taquet 15

Question sensations de conduite, le tout est assez feutré. Y compris en ville, terrain de jeu favori de la citadine grâce à une bonne visibilité et une excellente maniabilité, la voiture étant bien aidée par une direction assistée très douce en ville mais qui aura tendance alors à gommer un peu trop les sensations de conduite sur la route. J’ai aussi emmené cette i10 sur des petites routes de campagne afin de tester ses réactions. Et là encore, le comportement routier ne prête pas à la critique, bien au contraire. La voiture est stable et ses réactions saines dans les enchainements. Clairement, les ingénieurs du constructeur ont soigné le châssis et si la i10 s’équipe de l’ESP, elle n’a pas besoin d’y faire appel pour passer les courbes sereinement. On sera un peu plus réservé sur la boite de vitesses. Bien guidée certes, mais qui à tendance à accrocher sur certains rapports. Néanmoins, cela provient peut-être juste de notre modèle d’essai, n’en faisons pas une généralité. Sur l’ensemble du parcours réalisé durant ces quelques jours, la consommation moyenne est restée sous la barre des 6l/100. Une valeur correcte dans la catégorie, sans plus. Il faut dire que l’i10 est un peu plus longue et lourde que certaines de ses concurrentes.

i10 A.Taquet 1

Le verdict :

Les temps changent… les références aussi. Ce slogan, je l’ai volé à un constructeur automobile qui l’a utilisé au début des années 2000. Et je trouve qu’il colle parfaitement bien à cette petite i10. Hyundai nous annonce cette voiture comme “la somme de tout ce qui vous inspire”, traduction marketing assez maladroite de “conçue pour répondre à vos besoins” ou “inspirée par vous”. A l’essai, cette Hyundai i10 se montre en effet comme l’une des citadines les plus réussies de son segment. Agréable à vivre et à conduire, bien équipée et finie, cette i10 semble en effet réaliser tout ce que pourtant bien d’autres constructeurs annoncent comme infaisable sur un segment où le prix est un critère d’achat déterminant et où, donc, la maitrise des coûts est plus que jamais de mise. Une Hyundai i10 clairement bien plus aboutie que les nouvelles Peugeot 108, Toyota Aygo et Citroën C1 pour ne citer qu’elles… Et pour autant pas plus chère que ces trois là, bien au contraire! Bref, à l’heure du choix, il faut vraiment compter avec elle! Une critique? J’en ferais deux. D’une part, on attend de Hyundai une communication plus dynamique que cette publicité passe-partout qui ne met clairement pas en avant les qualités du modèle. On attend aussi un peu plus de fun dans le produit. Entendez par-là qu’à faible coût, Hyundai devrait développer une gamme de personnalisations pour sa i10 afin de la rendre encore plus attachante… Confidence, il parait que c’est pour bientôt!

Les + : Design sympathique, qualité de fabrication, insonorisation soignée, rapport qualité/prix/équipements, tenue de route sécurisante.

Les – : boite de vitesses un peu accrocheuse, absence de personnalisation, direction peu communicative, manque de notoriété.

Remerciements à Marion Le Renard, Thomas Mulon et Romain Bartoli pour le prêt, leur disponibilité et les photos.
Crédits photos : Arnaud Taquet pour Hyundai.

Auteur: Frédéric

Partager cet article sur

1 commentaire

  1. Je rejoins votre avis sur cette Hyundai. Ma femme a besoin de changer sa Twingo (2008) et nous sommes allés voir la 108, la Twingo et, un peu par hasard, cette i10. La nouvelle Renault reste très chère et la 108 fait vraiment bas de gamme, presque jouet. Mais les deux françaises ont un mérite, on peut les essayer! Car chez Hyundai, 2 concessions faites, et 2 réponses négatives en se présentant. Les véhicules ne sont pas disponibles ou sont juste dans la concession et un vendeur nous a carrément dit : “si je vous la fais essayer, faudra que vous l\’achetiez parce que sinon je l’immatricule pour rien”… Pas engageant. Au final, aucun bon de commande signé pour le moment. L’i10 plait à mon épouse mais le mauvais accueil chez Hyundai n’encourage pas à signer…

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *