Essai Peugeot 3008 Hybrid4 : Prenez la route des sensations hybrides!

Lancé en 2009, le premier crossover de Peugeot, le 3008, a immédiatement remporté un vif succès. Il s’est notamment démarqué en offrant, dès 2012, une version hybride diesel. Mais sur un segment où l’attrait de la nouveauté est primordial, Peugeot se devait de faire évoluer la recette. C’est chose faite depuis la fin d’année dernière avec un 3008 qui reprend les canons esthétiques de la gamme Peugeot actuelle. Toujours au programme, la version hybride est celle qui a attiré mon attention. Et puisque Peugeot nous promet, avec ce nouveau 3008, de “prendre la route des sensations”, qu’à cela ne tienne, passons quelques jours à son volant afin de savoir s’il usurpe ou non son slogan publicitaire. Le verdict.

Com’ : route + sensations = 3008 !

Sensation : voilà un mot important dans la communication de Peugeot. Un mot apparu dans une publicité pour la 208 fin 2012 et qui, depuis, s’est décliné sur les nouvelles 308, 308 SW et 3008! Peugeot nous promet donc une expérience de conduite enivrante puisque mettant tous nos sens en éveil. Rien que ça! D’ailleurs, c’est plutôt bien évoqué dans la publicité du 3008. Peugeot insiste d’ailleurs habilement sur les capacités “crossover” de son véhicule. Au final, le conducteur arrive à bon port après avoir affronté quelques périlleuses situations à bord de son 3008!

Image de prévisualisation YouTube

A l’aise en ville, sur chemin, route et même neige, voilà qui promet! Alors certes, notre 3008 Hybrid4 n’est pas doté du Grip Control –contrôle de motricité des roues avants renforcé-. Mais il fait mieux puisqu’il est 4 roues motrices! De quoi mettre mes sens de conducteur en émoi?

Un 3008 comme les autres… ou presque!

S0143015

Esthétiquement, le 3008 Hybrid4 ne se démarque plus autant qu’avant du reste de la gamme. Finies la rangée de LED et la calandre spécifique. Avec la version restylée, le 3008 arbore exactement la même tenue que les autres 3008. Seuls quelques monogrammes sur les portes et le hayon et des inscriptions sur les jantes nous rappellent qu’on est en présence d’un 3008 Hybrid4. Pour le reste, le restylage du 3008 est plutôt agréable. Peugeot a adouci les lignes en lui faisant adopter la nouvelle calandre maison, moins agressive pour la rétine que l’ancienne “coupe-frites”. A l’avant, le dessin des phares se fait également plus doux en adoptant une agréable signature lumineuse à LED. A l’arrière, les feux sont modernisés avec l’apparition de jolies griffes, un gimmick qu’on retrouve désormais sur les nouveaux modèles Peugeot.

S0153016

Globalement, l’allure ne change pas avec toujours cette carrure massive et haute –belle garde-au-sol– qui assoit le 3008 sur son segment. Une ligne qui, si elle a étonné au lancement, a aussi très vite séduit puisque le 3008 s’est vendu à plus de 500 000 exemplaires soit 50% de plus que les prévisions de Peugeot. Il ne fallait donc surtout pas bousculer son dessin qui évolue de manière plutôt profitable. On note aussi de nouvelles jantes. Peugeot nous explique par ailleurs que si la version hybride ne se démarque plus des autres 3008, c’est que cela n’est plus nécessaire. Il faut la voir désormais comme une version parmi les autres. Au lancement en 2012, il était nécessaire de la démarquer pour insister sur son côté technologique. Maintenant, l’hybride est entré dans les moeurs. Y compris dans ceux des clients 3008 puisqu’ils sont 10% à choisir cette version Hybrid4. Le tour du propriétaire étant fait, montons à bord…

S0083009 S0453058 S0113012 S0103011

Avion ou crossover?

Si, par son esthétique, le 3008 me plait plutôt, mon premier contact avec lui est pourtant un peu décevant. Pourquoi me direz-vous? Réfléchissez une minute… Quel est votre tout premier contact avec un véhicule? Sa clé bien entendu! Alors je passe encore sur le fait qu’un véhicule “technologique” ait encore une clé métallique et non pas une commande mains libres comme une simple 108 peut l’avoir aujourd’hui. Mais cette clé… est affreuse. Rectangulaire, faite dans un plastique bas de gamme et en guise de logo un autocollant. Voilà qui dénote réellement! Heureusement, l’ouverture de la porte avant me fait vite oublier ce détail qui, à mes yeux tout du moins, est très important. Car le 3008 a inauguré de nouveaux standards en terme de qualité perçue chez Peugeot. En montant à bord, l’atmosphère se veut cossue. La planche de bord est massive, réalisé dans un plastique de belle qualité tandis que la console centrale se prolonge afin de ne former qu’un ensemble. On se trouve alors face au poste de conduite qui, entre la lame de rappel des informations de conduite et les boutons de commandes n’est pas sans rappeler un poste de pilotage d’avion. Réussi! L’ensemble est bien fini, les matériaux choisis avec soin : Ouf, ici, on respire la qualité!

S0033003

La version Hybrid4 soigne les détails avec de jolis seuils de portes spécifiques et un levier de vitesses –boite automatique- au design particulièrement soigné. Nous sommes en présence d’une version haut de gamme avec l’agréable toit panoramique vitré –toujours pas ouvrant…– et même des écrans intégrés aux appuie-têtes pour que les passagers arrières puissent se divertir durant le voyage! Si le 3008 n’embarque pas les aides à la conduite à la mode, il se montre relativement bien équipé avec une sellerie cuir de très bonne facture, une caméra de recul ou un très pratique frein de stationnement électrique. On signalera aussi la véritable douceur des commandes. Encore un détail, mais toutes les voitures ne sont pas aussi prévenantes, à commencer par le Nissan Qashqai, concurrent du 3008.

S0213022 S0053006 S0233024 S0223023

Question vie à bord, le 3008 Hybrid4 a eu la bonne idée de s’inspirer des monospaces. On a donc de la place pour la tête comme pour les jambes et les rangements sont nombreux. On appréciera particulièrement l’énorme rangement –ventilé!– dissimulé sous l’accoudoir central, au demeurant fort confortable! Même aux places arrières, on a droit à de grandes trappes sous les pieds des passagers. Voilà qui devrait plaire aux enfants! Si le coffre se montre pratique, il perd plus de 50 litres dans cette version pour offrir 377 litres. Une donnée correcte, sans plus, pour une familiale. Et ne prévoyez pas de ranger quoique ce soit sous le plancher de coffre… batteries obligent!

S0183019

4 modes de conduite…

3008hybrid4_1308tc104

Le 3008 Hybrid4 affiche des caractéristiques intéressantes sur le papier. Le moteur 2.0 diesel de 163 ch –une puissance confortable- est associé à un moteur électrique qui développe l’équivalent de 37 ch placé sur l’essieu arrière. Tandis que le moteur thermique entraine les roues avants, le moteur électrique entraine les roues arrières. De quoi faire du 3008 Hybrid4 un engin 4 roues motrices. La molette du Grip Control cède sa place à une molette des modes de conduite qui sont au nombre de quatre. En “auto”, le 3008 Hybrid4 gère seul le fonctionnement thermique/électrique. C’est la même chose en mode “Sport” sauf que les régimes moteurs sont plus élevés et que les passages de rapports se font plus rapidement. Le moteur électrique vient alors épauler le moteur thermique lorsque le conducteur sollicite de la puissance. En mode “4WD”, les deux moteurs travaillent de concert afin de garantir l’adhérence optimale et vous autoriser quelques escapades hors des sentiers battus. Afin de toujours pouvoir rouler en 4×4, le moteur thermique recharge au besoin les batteries. Enfin, en mode “ZEV”, seul le moteur électrique fonctionne… et vous voici alors totalement écolo! Tout cela c’est pour la théorie… Place à la pratique!

Prenons la route (des sensations?)…

Durant nos quelques jours d’essais, nous avons pu tester le 3008 Hybrid4 dans de nombreuses conditions de circulation. Déjà, affronter la ville en quittant le siège de Peugeot situé avenue de la Grande-Armée à Paris. En mode auto, le 3008 se montre plutôt doux et gère bien l’alternance thermique/électrique. On constate cependant qu’on roule finalement assez peu en électrique. En fait, il faut un temps d’adaptation. Il faut comprendre comment fonctionne le système et accepter de s’y soumettre. Comprenez par-là qu’il faut appuyer progressivement sur la pédale d’accélérateur pour que le 3008 Hybrid4 reste en électrique. Dès lors qu’il sent un besoin de puissance, le thermique vient en renfort. Et oui, rouler en hybride demande un temps d’adaptation… et quelques efforts du conducteur. Pour me forcer un peu, je bascule en mode “ZEV”. Là, pas le choix que d’adopter une conduite plus coulée. Car si la puissance est immédiatement disponible, 37 ch pour plus de 1600 kg… ça n’est pas transcendant! Mais on savoure alors le fait de ne pas entendre de bruit hormis celui des pneus sur la chaussée. On notera d’ailleurs que l’insonorisation du 3008 est soignée! Un bon point! Bien entendu, les batteries ont une faible autonomie et après avoir déambulé 5 km en tout électrique, le mode “auto” s’enclenche automatiquement… nos batteries sont vides.

3008hybrid4_1308tc101

Sur l’autoroute, gardez le mode “auto” semble la bonne solution. On ne sait alors pas trop quand le mode électrique s’enclenche sauf à jeter un oeil parfois sur la vision tête haute qui nous affiche la vitesse. Les chiffres sont blancs mais dès lors qu’on roule en électrique, ils deviennent bleus. C’est plutôt pratique et réussi! Au-delà de 120 km/h, seul le thermique travaille mais en suivant sur l’ordinateur de bord du grand écran central –escamotable et idéalement situé pour visualiser les infos du GPS– on voit qu’il recharge parfois les batteries. Cool! C’est aussi sur ce type de parcours qu’on apprécie le silence de fonctionnement du véhicule. Le 3008 est un véritable cocon et l’ensemble des bruits moteur et aérodynamiques sont très bien maitrisés.

S0393046

Vous appréciez une conduite dynamique? Alors il faut tourner la molette pour passer en mode sport. Le 3008 bénéficie d’un excellent châssis et prend très peu de roulis malgré sa hauteur de SUV. Le mode Sport ordonne des passages de rapports plus rapides à la boite de vitesse tandis que le moteur thermique privilégie des régimes moteur plus élevés. Si besoin est, le moteur électrique vient soutenir le moteur thermique afin de vous satisfaire et vous profiter alors des 200 ch dont dispose le véhicule. Tout cela, c’est sur le papier. Dans la pratique, si on observe clairement des montées en régime, la boite automatique est souvent à la peine. Rapide et efficace sur les premiers rapports, on ressent comme un trou entre 80 et 120 km/h. Là, en enfonçant l’accélérateur, la voiture semble chercher quoi faire. Rétrograder? Enclencher la vitesse suivante? En attendant que l’électronique se décide, la voiture procure une étrange sensation avant une franche accélération. On comprend alors que, même en mode Sport, la motorisation du 3008 aime la progressivité. Si votre pression sur l’accélérateur est dynamique mais continue –et donc plus douce-, le véhicule accélère sans ce que se reproduise le phénomène. Le 3008 Hybrid4 appelle de toute façon à une conduite plus coulée qui vous permet d’apprécier l’excellent confort de suspension. Sur routes sinueuses, la tenue de route fait merveille tandis que le maintien des sièges est excellent.

S0303031

Mais puisque Peugeot nous annonce une transmission intégrale permanente, osons nous aventurer un peu des sentiers battus avec ce 3008. Attention, il n’est pas un franchisseur. 4 roues motrices et belle garde au sol, mais le Lion prévient tout de suite. Le système Hybrid4 n’en fait pas un 4×4 pur et dur. Pour autant, le 3008 HY s’en sort plutôt bien sur les petits chemins escarpés où je l’ai emmené. Mieux, la motricité est excellente et le 3008 HY n’est jamais pris en défaut. C’est dans une telle utilisation qu’on perçoit le mieux l’apport du moteur électrique et le travail constant du moteur thermique pour maintenir la charge des batteries et ainsi permettre aux roues arrières de fonctionner.

S0962144

Question conso?

Si Peugeot revendique une consommation mixte de 3,8l/100km, c’est bien entendu un score irréalisable. Pas la faute de Peugeot mais à un cycle d’homologation totalement inapproprié aux voitures d’aujourd’hui et ni Peugeot ni les autres constructeurs n’y peuvent rien. Sur notre parcours d’un peu plus de 1000 km –dont 500 d’autoroute et pas mal de bouchon au retour sur Paris…-, le 3008 HY a affiché une consommation moyenne de 6,4l. Un très bon score car, sur l’autoroute, le 2.0 HDi de 163 ch n’est pas particulièrement sobre. L’hybridation justifie alors tout son sens car, en ville comme sur route, elle permet de réellement faire chuter la consommation du 3008.

Le verdict 

En créant une version hybride de son 3008, le constructeur a réussi le pari de rendre son agréable crossover encore plus polyvalent et sobre. Cette version Hybrid4 conserve les nombreuses qualités du 3008, agréablement peaufiné avec ce restylage, et ses quelques défauts. La technologie hybride semble bien maitrisée par Peugeot même si on déplore la lenteur de la boite de vitesses et les à-coups encore trop nombreux qu’elle génère lorsqu’on adopte une conduite dynamique. Sur ce point, le Volvo V60 Plug-in Hybrid se montre bien plus abouti. Le 3008 Hybrid4 préserve cependant un bon agrément de conduite pour peu qu’on adopte une conduite plus coulée, plus éco -nomique et logique-. Pour le reste, que ce soit sur les prestations dynamiques comme la vie à bord, le 3008 Hybrid4 fait partie des meilleurs du segment. Il fait également le plein d’équipements même si quelques absences dénotent un peu -accès mains libres par exemple- dans un véhicule si technologique. Reste la question du tarif. Pas donné, le 3008 Hybrid4 ne sera pas accessible à toutes les bourses. Pour autant, quand on voit qu’un VW Tiguan 2.0 TDi 177 ch 4Motion DSG Carat débute à 42 440€  et qu’un Ford Kuga 2.0 TDCi 163 Sport Platinium s’échange contre 36 000€, on se dit que ce 3008 HY se montre plutôt bien positionné sur son segment et ce en disposant d’une transmission hybride indisponible chez la concurrence! Bref, promesse publicitaire tenue même si les sensations hybrides du 3008 nécessitent un petit temps d’adaptation pour se laisser apprécier. Comme tous les véhicules hybrides en fait. Une nouvelle façon de conduire apparait…

Les + : design amélioré, polyvalence, transmission intégrale, silence de fonctionnement, confort, tenue de route sécurisante.

Les – : boite automatique trop lente, autonomie très limitée en tout électrique, volume de coffre en retrait.

3008 Hybrid4 à partir de 36 400€
Prix du modèle essayé : 3008 Hybrid4 avec sellerie cuir, alarme, pack vidéo, aide au stationnement AV/AR et caméra de recul : 43 230€.

Remerciements à Anthony Roux et l’équipe presse Peugeot pour le prêt.

Auteur: Frédéric

Partager cet article sur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *