Essai Audi Q2 : Le plus #untaggable des SUV?

Vous trouvez le design des Audi trop classiques? Vous avez envie de vous démarquer dans la jungle circulation urbaine? Alors forcément, quand vous avez vu la publicité du nouveau Audi Q2, vous avez été intrigué! Et bien nous sommes dans le même cas! Et moi, quand je suis intrigué, j’ai besoin d’en savoir plus. Alors forcément, ce Q2 signé des anneaux, on l’a essayé! Verdict.

#untaggable publicité?

Très souvent, les constructeurs nous proposent de jolies vidéos promotionnelles avant la sortie d’un modèle. Et puis il nous arrive, quelques mois après, d’être déçu de découvrir sur nos écrans une publicité fade. Chez Audi, on a trouvé un moyen de résoudre le problème : le manifesto du Q2 étant particulièrement réussi, la marque a choisi d’en dériver sa campagne publicitaire. On a l’habitude, avec les anneaux, d’avoir des publicités émotionnelles, soignées et avec une réalisation impeccable. C’est aussi le cas pour le Q2 mais la marque, qui se refuse à qualifier son véhicule uniquement de “SUV”, y a donc ajouter un peu de folie. Au final, une campagne surprenante pour Audi… mais qui cartonne et qui se veut inclassable à l’image du modèle qu’elle présente :

Image de prévisualisation YouTube

#untaggable design?

Lors de la présentation du Q2, on aura pu lire de très nombreux commentaires sur le design du véhicule. Pour certains, il était hors des codes habituels de la marque. Pour d’autres, Audi avait enfin arrêté “la photocopieuse”. Je me situe entre les deux : d’une part, je salue le design original du modèle, d’autre part j’y reconnais tout de même bien une Audi. Bref, pari réussi!

D’ailleurs, le succès commercial du véhicule est au rendez-vous. C’est en effet (exception faite du Mini Countryman), le premier SUV urbain premium, même si Audi se refuse à le qualifier ainsi en jouant sur les mots et le qualifiant d’inclassable dans quelque catégorie que ce soit.

Il faut dire que le constructeur a conservé une allure assez basse pour son modèle, privilégiant ainsi la sportivité et une importante largeur pour que le véhicule fasse bien posé sur la route. On valide, même si attention, toutes les combinaisons de couleurs ne lui vont pas, surtout avec les blade personnalisables pas tous du meilleur goût (mais ça, c’est subjectif). Typiquement, si le rouge sied parfaitement à une A4 S-Line… ça ne va pas du tout, selon moi, au Q2. On lui préfèrera des couleurs sombres noires ou grises ou alors les nouveaux orange et bleu présentés.

#untaggable vie à bord?

A l’intérieur, le client Audi ne sera pas dépaysé. On retrouve un mobilier proche de l’A3. Là où on sera agréablement surpris, c’est que malgré la compacité du véhicule, Audi propose à bord le même package technologique que ses modèles de plus hauts rangs.

Virtual cockpit? Présent. Navigation connectée avec grand écran (mais non tactile…) et Google Earth? Présente. Chargeur de smartphone à induction? Présent. Package d’aides à la conduite? Présent. Enfin… en piochant dans la liste des options bien évidemment. On est chez Audi! Pour le reste, le Q2 soigne plutôt la vie à bord. Par ailleurs, sa faible hauteur fait qu’on monte à bord aisément, sans cette sensation de “grimper” comme dans bon nombre de SUV. Autre bonne surprise : l’espace à bord.

Avec 405 litres, le coffre affiche une capacité très correcte équivalente à celle d’une berline compacte. de plus, on a vraiment de la place pour la tête et les jambes, à l’avant comme à l’arrière. Good point dans un véhicule de moins de 4,20 m. Audi a par ailleurs soigné la luminosité à bord avec la possibilité d’opter pour des lumières d’ambiance un peu partout dans l’habitacle, et notamment sur les placages alu de la planche de bord : effet garanti quand vous aurez un passager et que vous pénétrerez dans un tunnel!

#untaggable plaisir de conduite?

C’est encore la bonne surprise de ce Q2. Testé en diesel comme en essence, en 2 ou 4 roues motrices et avec plusieurs types de transmission, mon choix ira sans hésiter sur la version 1.4 TFSi essence de 150 ch avec la boite S-Tronic 7 rapports. Ce moteur sied parfaitement à ce modèle : silence et douceur de fonctionnement, dynamisme et agrément de conduite sont au rendez-vous. Les performances sont largement suffisantes (ma copilote n’aura pas hésiter à pousser notre Q2 bien au-delà des limitations sans que, en tant que passager, je ne m’aperçoive de quoi que ce soit!).

Même s’il a l’allure d’un petit SUV, Audi l’a voulu assez bas de plafond et notre Q2 a donc plus un comportement de berline compacte que de SUV. Vous n’aurez donc pas la sensation de dominer la route. Mais vous prenez peu de roulis et la précision de conduite est sans faille. Pouvant être équipé d’une transmission intégrale, le Q2 sera à l’aise également dans les petits chemins même s’il aura plus souvent l’habitude d’escalader les trottoirs des métropoles que des routes arpentées. Néanmoins, même dans cette situation, il s’en tire correctement grâce à sa garde au sol légèrement surélevée.

Chose plus étonnante, dû au design “bas” du véhicule, c’est finalement en ville que le Q2 est un peu moins à son aise : les faibles surfaces vitrées et le rayon de braquage (plus de 11m) font qu’il ne sera pas toujours le plus débrouillard qui soit dans les centres urbains. Radars de stationnement et caméra de recul obligatoires!

#untaggable Q2?

Alors, #untaggable cet Audi Q2? Bien entendu, puisqu’il faut le classer, c’est un SUV urbain. Mais un SUV urbain premium et qui propose donc des prestations haut de gamme. Pas sportif (en attendant un futur SQ2?), il affiche cependant un certain dynamisme qui lui sied bien! Au final, succès totalement mérité pour ce modèle qui n’a pas beaucoup de concurrents. Le Mini Countryman a beaucoup trop grandi et le Mercedes GLA, assez proche en termes de philosophie, propose des prestations en net retrait. On pourra aussi lui opposer le Mazda CX-3, très réussi ou encore le futur VW T-Roc. Néanmoins, finalement, la liste n’est pas longue et le Q2 a donc toutes les qualités pour maintenir longtemps sa place au soleil. Si on doit lui trouver un défaut, ce serait son prix, un peu prétentieux, qui le rapproche réellement de son frère Q3. Bien entendu, il n’est pas parfait. Mais il fait partie de ces autos auxquelles on peut pardonner quelques petits défauts… car finalement, entre le sourire qu’il donne à regarder comme à conduire, on se dit qu’on le garderait bien plus que le temps d’un essai. Et ça, c’est un sentiment #untaggable…

Les + : design Audi renouvelé, plaisir de conduite, position de conduite basse, confort, package technologique important, qualité de fabrication, campagne #untaggable originale et réussie.

Les – : prix relativement élevés, quelques détails de finition, écran non tactile.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire