Interview de Christophe Gougeon, CEO de Rainbooh

Selon le dernier Baromètre du Marché de la Publicité à fin septembre 2023, le secteur de la publicité extérieure se porte bien. Si le DOOH performe, l’OOH affiche également des résultats solides. Un média qui ne cesse d’innover, comme en témoigne la progression de l’affichage sur transport. Et les nouveaux formats qui ne cessent d’apparaître. Rencontre avec Christophe GOUGEON, Co-fondateur et CEO de Rainbooh, régie qui agite habilement le secteur. Entretien.

Frédéric MARTINEZ (automotive-marketing.fr) : Qu’est-ce que Rainbooh ? 

Christophe GOUGEON (co-fondateur & CEO Rainbooh) : Rainbooh est le 1er réseau d’affichage publicitaire sur Taxis et VTC 100% électriques ou hybrides. C’est aujourd’hui plus de 2500 chauffeurs partenaires, une présence dans une dizaine d’agglomérations françaises de 500 000 habitants et plus. Nous sommes parmi les leaders du Mobile Out Of Home (MOOH), un média qui se ré-invente, aux côtés des traditionnels OOH et DOOH.

Rainbooh, 1er réseau d’affichage publicitaire sur Taxis et VTC 100% électriques ou hybrides
Frédéric MARTINEZ : Comment vous est venue l’idée de créer Rainbooh ? 

Christophe GOUGEON (CEO Rainbooh) : J’ai travaillé pendant près de 5 ans au sein d’une plateforme VTC francilienne. Après six années d’existence, l’entreprise a décidé de lancer la première flotte de VTC 100% électriques en France. C’est un marché concurrentiel, et nous avions un déficit de notoriété, ainsi que des moyens limités. Dans ce cas, il faut être inventif et nous avons eu l’idée de floquer les véhicules électriques pour qu’ils soient des vecteurs, à eux seuls, de communication autour de la marque. Cela a permis à la plateforme de se démarquer. En quelques semaines la notoriété de la marque a fortement progressé, nous étions identifiés comme les “VTC électriques” par le grand public. Avec un ancien collègue on s’est dit qu’il fallait offrir cette visibilité là à un maximum d’annonceurs, c’est de là qu’est partie l’idée de créer Rainbooh.

Étonnement, si l’affichage sur Taxis existait en France depuis le début des années 2000, ça n’existait pas encore sur les VTC. On a été la première régie publicitaire à créer un réseau d’affichage sur les Taxis et VTC électriques et hybrides.

Quel est le principe de Rainbooh ? 

Christophe GOUGEON : C’est de l’affichage, OOH, avec une particularité forte : c’est de l’affichage mobile. Il faut savoir qu’un Taxi ou un VTC peut parcourir 300 km par jour. C’est donc une opportunité unique, pour un annonceur, d’être visible auprès d’un ensemble de cibles, au sein d’une ou plusieurs agglomérations… Côté chauffeur, Rainbooh se positionne en tant que facilitateur de transition en leur apportant des revenus complémentaires grâce à la publicité lorsqu’ils roulent avec des véhicules hybrides ou électriques.

Comment se déroule le lancement d’une campagne via Rainbooh ? 

Christophe GOUGEON : Il faut savoir que nous avons une équipe commerciale qui échange avec les agences et les marques mais que nous sommes également contactés directement. Dans ce cadre, nous répondons au brief, afin de concevoir la campagne la plus performante possible en termes de ciblage, de durée, et de nombre de véhicules nécessaires pour maximiser les occasions de voir (ODV), qui sont l’équivalent des impressions en digital. Une fois la campagne validée, la mise en place est très simple. Nous avons éco-conçu des gabarits qui s’adaptent un maximum aux véhicules et qui sont découpés à la forme pour éviter de consommer de la matière inutilement. Nous fournissons des mockups de visualisation du rendu final, tout comme des photos des véhicules une fois les véhicules stickés.

Pose d’une campagne sur un véhicule hybride dans un atelier partenaire Rainbooh
Et côté chauffeurs ? 

Christophe GOUGEON : Nous dialoguons avec nos 2500 chauffeurs partenaires via une application. Ils peuvent visualiser les campagnes à venir dans un onglet dédié. Ensuite, ils postulent. S’ils sont retenus – selon les critères de correspondance avec la campagne -, alors ils n’ont qu’à se rendre dans un atelier partenaire qui se charge d’habiller le véhicule. Ensuite, ils s’y rendent à nouveau lorsque la campagne est terminée.

Lire aussi  BYD SEAL : l'harmonie entre technologie, design et exigence
Quels avantages ont-ils à être partenaires de Rainbooh ?

Christophe GOUGEON : D’abord, c’est un complément de revenus puisqu’ils sont bien sûr rémunérés. Selon un montant qui varie en fonction de la campagne, entre 120€ et 300€. Par ailleurs, et pour l’anecdote, les chauffeurs y voient un autre intérêt : celui de protéger la carrosserie de leur véhicule. D’ailleurs, régulièrement, des chauffeurs nous demandent s’ils peuvent garder la publicité plus longtemps !
Enfin, ils font partie d’une communauté, que l’on anime.

Et pourquoi un annonceur aurait-il intérêt à considérer le MOOH ? 

Christophe GOUGEON : Il y a plusieurs avantages. Nous sommes un média accessible, extrêmement couvrant et nous y avons ajouté des éléments très importants pour tout annonceur : des datas, et une démarche RSE.

Média accessible en termes de coûts ? 

Christophe GOUGEON : Oui, surtout quand on fait le ratio entre l’investissement et la couverture. Une campagne de 200 véhicules à Paris et en Ile-de-France durant quatre semaines, c’est environ 140 millions d’ODV pour un coût d’environ 100 000 euros. Si on rapporte ce coût à la semaine par rapport au niveau de couverture, ça en fait un média très attractif.
Ce qui fait que le MOOH Rainbooh peut intéresser tout type d’annonceurs. En région, il y a besoin de moins de véhicules. Une campagne de 4 semaines, c’est alors une trentaine de véhicules et un coût de 15K€.

La data est également au cœur du MOOH, et c’est un élément très différenciant de Rainbooh. Pouvez-vous nous en dire plus? 

Christophe GOUGEON : Nous avons fait plus de 2 ans de R&D sur le sujet. Nous travaillons avec un data scientist qui nous permet de générer des cartographies par région des flux de mobilité que l’on croise avec les parcours de nos chauffeurs partenaires lorsqu’ils se déplacent. Le tout forme un dispositif puissant et assez unique pour déterminer les ODV de nos campagnes.

Data map Rainbooh

Si je prends l’exemple d’une compagnie aérienne qui souhaite toucher les touristes. On a cartographié les endroits et les créneaux horaires où se situent les touristes, comme les monuments, les lieux touristiques, de transit… et on superpose ces données avec la cartographie des déplacements des véhicules. Nous identifions alors les chauffeurs qui passent le plus de temps dans les zones des critères de l’annonceur pour chaque campagne pour les inclure dans le dispositif de MOOH.

Quelles sont les cibles qu’on peut toucher via le MOOH ?

Christophe GOUGEON : Nous sommes un média de proximité. Par définition, l’OOH est un média de masse. Il en est donc de même pour le MOOH. Avec l’avantage que, grâce à la data, on peut affiner le ciblage. Mais nous ne cherchons pas à concurrencer le digital en voulant avoir un ciblage ultra-précis et segmentant. Si vous voulez cibler uniquement les 12-15 ans, le MOOH n’est pas le média le plus adapté. Par contre, si votre cible est plus large, que vous souhaitez cibler les jeunes, les étudiants, là le MOOH peut être intéressant car nous pouvons, au global, connaitre leurs habitudes de déplacement. On sait qu’ils se déplacent plus le soir et le week-end. Donc on sélectionne les chauffeurs qui font le plus ce type de courses. On peut ainsi cibler des grands segments. Les voyageurs aussi sont un bon exemple : 30% des déplacements des taxis et VTC se font depuis ou vers un aéroport ou une gare

Lire aussi  BYD SEAL : l'harmonie entre technologie, design et exigence
Le MOOH est-il plutôt un média principal ou secondaire ? 

Christophe GOUGEON : C’est un média qui est couvrant, qui permet la répétition, qui aide à installer une marque et/ou une offre dans une région donnée. L’avantage aussi c’est que c’est un média à la carte. En fonction du budget, on peut mettre plus ou moins de véhicules, allonger ou réduire la durée de la campagne, la mener sur une ou plusieurs villes. C’est donc un média à la fois adapté aux grands annonceurs comme aux plus petits, avec une vraie flexibilité. Les grands annonceurs vont avoir tendance à nous utiliser comme un média complémentaire, additionnel à un plan média global.
En région, pour les PME, nous sommes souvent utilisés comme un média socle. 

Campagne O’Tacos
Quels sont les annonceurs qui font appel à vos services ? 

Christophe GOUGEON : C’est très varié ! Nous avons mené des campagnes avec des entreprises de la mobilité, comme Sixt ou encore Getaround. Mais nous travaillons également beaucoup avec les entreprises de service comme Deliveroo, SumUp ou Bouygues Telecom. Les marques disruptives apprécient également le MOOH qui reste assez nouveau. Nous avons par le passé travaillé avec Gorillas, et en ce moment, nous avons une campagne avec Le Slip Français. Enfin, on remarque que les constructeurs automobiles s’intéressent de plus en plus à nous. 

Campagne getaround – Paris
Vous parliez tout à l’heure de RSE. C’est une valeur forte pour Rainbooh ? 

Christophe GOUGEON : Oui, très clairement. Toute notre démarche est RSE. Au delà du fait de ne travailler qu’avec des véhicules hybrides ou électriques et qu’aucun véhicule n’est affrété uniquement à des fins publicitaires, nous oeuvrons pour limiter au maximum le gaspillage dans la découpe des adhésifs et les émissions de CO2 au global. Nos partenaires d’impressions sont labellisés Imprim’Vert. Nous avons aussi développé une calculatrice carbone avec un cabinet indépendant. Ainsi, nous communiquons aux annonceurs l’empreinte carbone de leur campagne, et nous nous engageons à les compenser, dans le cadre d’un projet avec Reforest’Action. Nous soutenons ainsi la reforestation d’une parcelle endommagée suite aux intempéries en Vendée. Cela fait partie de nos valeurs, nous accompagnons donc les annonceurs et les agences en ce sens. 

Quels sont les prochains développements à venir pour Rainbooh?

Christophe GOUGEON : Rainbooh est une régie qui croît vite. Cette année, nous allons doubler le chiffre d’affaires. Nous sommes – et c’est important de le souligner – une entreprise rentable. Nous restons positionnés sur le MOOH, avec, en plus des taxis et des VTC, des campagnes sur des vélos taxis. En effet, nous sommes la régie exclusive de Turtle, la première entreprise parisienne de vélo avec chauffeur à la demande. Notre développement devrait se poursuivre en 2024. Les Jeux Olympiques vont attirer des visiteurs du monde entier et les taxis et VTC, en tant que transports collectifs, seront pleinement inclus dans le dispositif de mobilité à Paris. Ainsi, cela va donner une visibilité encore plus importante aux annonceurs. Nous avons d’ailleurs conçu une offre spéciale pour l’occasion et déjà plusieurs annonceurs prévoient des campagnes de MOOH.
En région aussi, notre développement se poursuit. Nous ouvrons des nouvelles villes telles que Toulon en décembre par exemple.

Un grand merci à Christophe GOUGEON pour sa disponibilité. Ainsi qu’à Tiffanie MARIN pour l’organisation.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.