Vrai ou faux? Tesla dépense 0 dollar en marketing…
Fév08

Vrai ou faux? Tesla dépense 0 dollar en marketing…

Les sollicitations pour AUTOMOTIVE MARKETING sont régulières. Que ce soit de la part de journalistes pour me questionner dans le cadre d’un article ou d’un reportage, d’entreprises ou d’écoles pour des conférences, débats ou encore, très souvent, d’étudiants pour des questions lors de mémoires ou de rapports de stage. Je ne peux répondre à toutes les sollicitations même si j’essaie. L’article en présence fait suite à la demande d’un étudiant suisse qui m’explique avoir assisté à une conférence récente d’un responsable de Tesla (noté qu’on ne dit plus Tesla Motors mais simplement Tesla désormais!) durant laquelle ce dernier expliquait que les dépenses en marketing de Tesla s’élèvent à 0 dollar ou presque. L’étudiant, interloqué, me demandait comment cela était possible car à l’issue de cette conférence, tout est devenu très flou pour lui… Alors vrai ou faux? Décryptage.  0 dollar… Il est vrai qu’en faisant rapidement quelques recherches sur le web, on trouve des dizaines d’articles expliquant le modèle de rupture de Tesla. Et de nombreuses interviews de responsables de l’entreprise expliquant que Tesla ne dépense quasiment rien en marketing… Voilà qui attise forcément la curiosité. Par quel miracle Tesla réussit-il cette prouesse? Et c’est vrai qu’en cherchant dans ma mémoire, je n’ai pas le souvenir récent d’avoir vu quelconque publicité pour Tesla. De là à en déduire que les dépenses marketing de la marque sont proches de zéro, c’est aller un peu vite en besogne… Tesla : un modèle en rupture? Assurément! On ne peut pas nier que Tesla bouleverse les codes classiques de l’industrie automobile. D’abord, de par sa montée en puissance rapide. L’entreprise n’a été fondée qu’en 2003 et dix ans plus tard, elle s’est réellement faite une place dans le paysage automobile. Une place à part car Tesla s’est dès le départ orienté sur un fournisseur de solutions de mobilité qui s’inclut lui-même dans une plus vaste entreprise où on réfléchit mode de transport et éco-mobilité plutôt que simplement constructeur automobile. Ce positionnement, on le doit au talent et à l’esprit visionnaire du fondateur, Elon Musk, que beaucoup qualifient à raison du Steve Jobs de l’industrie auto! Du haut vers le bas… Ce qui a aussi poussé Tesla à revoir le modèle classique, c’est que le constructeur a pris le parti de s’implanter dans l’automobile par le haut : on oubliera le premier modèle, roadster électrique, pour se concentrer sur la berline S qui s’échange contre plus de 100 000 dollars. A l’inverse de beaucoup de constructeurs qui cherchent à monter en gamme, Tesla fait l’inverse en ayant lancer une berline luxueuse pour peu à peu descendre en gamme avec un SUV moins onéreux aujourd’hui et demain...

Lire la suite
MX-5 : Drive it, Share it ou quand Mazda France salue la performance de ses salariés!
Mai11

MX-5 : Drive it, Share it ou quand Mazda France salue la performance de ses salariés!

Il n’a sans doute pas été facile de travailler chez Mazda France ces dernières années. En effet, le constructeur a traversé une période compliquée en France avant de rebondir depuis l’an passé avec une très belle performance et des ventes en augmentation de +40%. Un succès qui se poursuit en 2016 avec une gamme revue et la réussite commerciale des dernières nouveautés que sont le (réussi) crossover compact CX-3 (essai ici), la citadine Mazda2 ou la nouvelle mouture du roadster le plus vendu dans le monde, comprenez par là la mythique MX-5. Durant la phase trouble, les salariés de la filiale française ont fait front et sont restés pour remettre la marque à une meilleure place dans l’Hexagone. Aussi, et c’est sans doute une opération unique en France, le constructeur vient de lancer l’opération “MX-5 Drive it, Share it” pour tous ses salariés. Le concept? Mettre à disposition de chacun durant six mois un exemplaire de la nouvelle MX-5 et les inviter à partager leurs impressions ainsi que celles de leurs proches sur les réseaux sociaux avec le hashtag #MX5DriveItShareIt. Pour fêter cet événement, les salariés ont profité d’un teambuilding pendant 2 jours : Voilà à ma connaissance une opération de communication inédite en France pour un constructeur. On ne peut que saluer d’une part l’opération organisée par Mazda France pour récompenser ses salariés. D’autre part, le constructeur a eu la bonne idée de communiquer sur cette opération pourtant “interne” qui de suite a attiré la sympathie des internautes. On ne cesse de lire sur les réseaux sociaux les gens qui saluent cette opération et “rêvent” désormais d’intégrer les effectifs du constructeur. Une belle opé pour les salariés et un joli coup de com’…. chapeau bas Mazda France! A noter par ailleurs que l’opération, initialement prévue en septembre dernier, a été décalée afin que les premières disponibilités de véhicules profitent aux acheteurs de MX-5 (qu’il va vraiment falloir qu’on prenne le temps d’essayer!). Bref, encore une fois, Mazda assure! Une belle marque avec d’excellents produits qui méritent plus de considération des acheteurs automobiles français! A lire ou relire par ailleurs, les interviews de Pierre de Villeplée, Directeur Marketing de Mazda France et David Barrière, Directeur des Relations Publiques. Via...

Lire la suite
Volkswagen & moi : un petit air de “voitures à vivre”
Avr20

Volkswagen & moi : un petit air de “voitures à vivre”

C’était en Septembre 2015, l’affaire éclate et elle va éclabousser du monde! Volkswagen, « das auto » himself, aurait équipé certains de ses modèles d’un logiciel permettant de fauser les contrôles et de présenter ainsi des performances positives en matière de pollution. Ouvertures d’enquêtes, dépôts de plaintes, départs dans le top management, rappels en série, le constructeur est au cœur d’une tourmente technique, financière, managériale et médiatique. Après les communicants de crise, les marketeux font devoir rentrer en jeu. 1ère décision, et non des moindres, en début d’année 2016, mi-mars en France, le constructeur décide de mettre fin au slogan certes puissant mais quand même méga pompeux « Das Auto ». La volonté : ne plus mettre la voiture au centre du discours, mais plutôt la vie autour de la voiture. Et oui, Renault avait un peu inventé ça avec des « voitures à vivre ». Selon les propres termes du communiqué de Volkswagen : il faut « réinstaller les gens au centre du discours». Bref, on fait profil bas, on remet l’utilisateur au cœur de la stratégie de marque et on arrête d’essayer de montrer qu’on est les meilleurs, les clients s’en fichent. Quand on regarde le scénario, on se dit que c’est dommage d’attendre une crise mondiale pour en arriver à l’évidence, mais c’est aussi à cela que ça sert : Ouvrir les yeux. Le résultat de ce repositionnement c’est une campagne baptisée « Volkswagen & moi » et dont DDB Paris a fait une petite merveille. Le principe est de mettre en avant le rapport des clients à la marque en leur proposant de poster des photographies les mettant en scène avec leur Volkswagen. Cela passe par un agrégateur www.vwetmoi.fr qui réceptionne les photos envoyées par mail ou postées sur les réseaux sociaux avec le hashtag #VWetMoi. En parallèle, et parce que ces messieurs dames du marketing de Volkswagen ne sont pas des manchots, des médias puissants soutiennent l’opération : un spot TV charmant et des prints somptueux nous rappellent que les Volkswagen sont les voitures de nos vies, de chacune des étapes de nos vies. C’est beau comme tout et le spot TV est porté par une musique à tomber (« I’ll be your home » de Philip LaRue).      Les prints sont soignés dans un esprit vintage Instagram qui nous donne envie de replonger dans les vieilles boites à chaussures où trainent les photos de nos parents. Alors, oui, je vois poindre les critiques : c’est du déjà vu. Evidemment, c’est même de l’archi déjà vu. J’en parlais avec Renault. C’était il y a 20 ans. Mais avec cette reprise de parole, Volkswagen a besoin de se positionner farouchement sur le registre de l’humilité, de la simplicité et de l’émotion. La marque doit reconquérir le cœur des gens...

Lire la suite
Mitsubishi vend désormais son i-MiEV 100% électrique en ligne!
Avr11

Mitsubishi vend désormais son i-MiEV 100% électrique en ligne!

Si la Mitsubishi i-MiEV est l’une des pionnières des voitures électriques de grande série, elle se vend pourtant plus de 10 fois moins qu’une Peugeot iOn sur le marché français. Un comble alors même que la française et sa cousine Citroën C-Zero sont des clones de la japonaise! Cette mévente peut être due au manque de notoriété de la i-MiEV mais également au réseau de distribution moins développé du constructeur dans l’Hexagone. Aussi, pour tenter de relancer sa citadine 100% électrique, Mitsubishi a peut-être trouvé un moyen de contourner ces deux problèmes : la vente en ligne. En effet, dans le cadre d’une nouvelle série limitée à 100 exemplaires, l’i-MiEV electriQ S (en fait, une i-Miev avec quelques stickers et touches de couleurs dans l’habitacle), est disponible uniquement en ligne sur le site dédié www.e-shop-mitsubishi-motors.fr. Vrai achat sur le web? Ca y ressemble : Configuration du modèle en quelques clics, choix du concessionnaire (oui, la marque n’oublie pas son réseau et tout se concrétisera vraiment chez un distributeur), explications et choix des différents modes de paiement : c’est notamment sur ce point que la marque fait fort car si on se perd souvent sur les possibilités d’achat ou location de VE avec les bonus, apports etc…. le tout est très synthétique et donc simple sur l’e-shop du constructeur. Qui plus est, après avoir choisi son mode de paiement, le client a la possibilité d’uploader tous les justificatifs exigés sur le site. Mitsubishi s’allie pour cela à CGI qui contrôlera les documents pour valider la commande. Une fois la finalisation de commande via un module bancaire, le client est contacté par le concessionnaire qu’il a renseigné. Bref, c’est simple, rapide et peut-être une bonne innovation digitale pour que l’i-MiEV sorte enfin de l’anonymat ! Via...

Lire la suite
Interview de Xavier Benoit, Responsable relations presse et publiques d’Audi France
Fév24

Interview de Xavier Benoit, Responsable relations presse et publiques d’Audi France

En 2015, avec des ventes en hausse de 4,2% à 58 717 unités, Audi a conforté sa place de premier constructeur premium sur le marché français. L’année 2016 s’annonce également bien pour le constructeur aux anneaux avec le lancement de nombreuses nouveautés, l’arrivée sur des segments de marché inédits et l’exploration de nouveaux territoires d’expression. On fait le point avec Xavier Benoit, Responsable des relations presse et publiques d’Audi France. L’occasion également pour nous d’en découvrir plus sur son métier. Entretien. AUTOMOTIVE MARKETING (AM) : Bonjour Xavier. Pourriez-vous nous parler en quelques mots de votre parcours qui vous a conduit à occuper aujourd’hui le poste de Responsable des relations presse et publiques d’Audi France ? Xavier BENOIT (XB) : J’ai démarré ma carrière chez Honda Europe Power Equipment donc loin de l’automobile puisque c’est la branche du constructeur qui fabrique des équipements pour le jardin ou encore des moteurs de hors-bord. Je suis rentré au sein de Volkswagen Group France en 2001 après avoir répondu à une annonce puisque mon souhait était de travailler dans l’automobile. J’ai rejoint le Groupe en travaillant de nombreuses années pour Skoda : d’abord au marketing produit durant 4 ans et demi avant de rejoindre le terrain en tant que Chef de Région Ventes pendant 3 ans. Volkswagen Group France permet vraiment de faire évoluer, grandir ses collaborateurs et j’avais émis le souhait d’occuper un poste aux relations presse et publiques. En 2008, Jean Marc Prince alors directeur de Skoda me l’a proposé. J’ai occupé ce poste chez Skoda jusqu’en novembre 2014, date à laquelle j’ai eu l’opportunité de prendre la même fonction, cette fois chez Audi. AM : Comme vous le dites dans votre parcours, vous avez précédemment occupé ces mêmes fonctions chez Skoda, autre marque du groupe VW. Quelles sont selon vous les principales différences entre cette fonction chez Skoda et chez Audi ? XB : Le poste est très différent même si les fondamentaux tels que les relations avec les médias sont identiques. Mais Skoda est, en France, un constructeur qui a encore besoin d’accroître sa notoriété ; ainsi, on travaille constamment à développer cela et ça passe beaucoup par le fait de prendre soi-même le téléphone pour proposer des opérations de relations publiques avec les médias. Les sollicitations sont par contre peu nombreuses. Chez Audi, la notoriété est là et notre travail consiste à l’entretenir et la développer en innovant sans cesse pour faire parler de la marque différemment. Par contre, si chez Skoda on prend le téléphone, chez Audi, je dois avouer qu’il sonne plus souvent ! Ce qui peut aussi être délicat car les sollicitations sont nombreuses et il ne faut pas prendre le risque de dégrader les...

Lire la suite
Page 1 sur 29123451020Dernière page »