Neutralité carbone : Volkswagen Way to Zero

Dans toute crise, il faut savoir tirer des leçons. C’est ce que Volkswagen a su faire en sortant du Dieselgate. Le constructeur s’est engagé dans une transformation sans précédent. Tout cela est concrétisé par le programme Way to Zero. Soit l’engagement le plus fort jamais pris par le constructeur : la neutralité carbone d’ici 2050. Pour arriver à cela, VW développe toute une gamme électrique dont on connait déjà les ID.3 et ID.4. Mais aussi et surtout par de nombreux efforts ici et là qui permettront à terme d’offrir aux clients une mobilité plus propre et durable. 

Les efforts les plus simples…

Et oui, des efforts, chacun à notre niveau, nous pouvons en faire. C’est ce que Volkswagen a choisi d’illustrer en lançant, dans l’Hexagone, la campagne Way to Zero, conçue en collaboration avec DDB Paris. Une campagne qui fait référence au programme éponyme qui leade les engagements du constructeur en la matière. Loin des discours idéologiques ou moralisateurs, le constructeur et son agence ont choisi de nous taquiner. Ou plutôt, taquiner notre abus de l’automobile au travers de scènes du quotidien qui parleront à tout le monde. A-t-on vraiment besoin de laver sa voiture aussi souvent? Ou encore, de prendre son véhicule pour faire les quelques centaines de mètres qui nous séparent de la boulangerie? Chacun répondra en conscience à ces questions. Mais VW nous propose des pistes de réponse… 

Volkswagen Way to Zero : une campagne puissante

Outre ces deux films réussis qui reprennent le ton humoristique installé dans la communication VW lorsqu’elle est made in France, c’est un dispositif complet qui est mis en place pour porter l’ambition Way to Zero. Ainsi, la campagne se décline en print, sur le site internet de la marque mais aussi sur les réseaux sociaux. Une opération d’influence aura même lieu et fera écho au second spot. VW poursuit dans la pédagogie avec humour! Puisque le constructeur, en partenariat avec des boulangeries, va offrir une deuxième baguette! A qui? A tous ceux qui viennent chercher leur pain à pieds et seraient tentés de manger leur baguette sur la route. Comme le film. C’est malin! 

Le print retient aussi l’attention. Car VW et DDB Paris ont choisi de volontairement bousculer les codes des communications traitant d’écologie. C’est l’artiste japonais Taku Bannai qui a réalisé les dessins en créant un univers simpliste et coloré qui sublime le texte qui décrit les engagements concrets de la marque pour atteindre son ambition Way to Zero. 

Des engagements forts…

 Les campagnes TV et presse sont d’ores et déjà visibles. L’opération “boulangeries” se déroulera dans le courant du mois de mai. Cette communication n’est qu’une première étape qui permet au constructeur de clarifier un peu ses ambitions autour du programme Way to Zero qui, aujourd’hui, n’est pas connu du grand public. Car on a aperçu ce claim seulement en packshot final de la fade publicité pour la berline compacte électrique ID.3. Cette campagne est donc une bonne idée pour faire connaître, de manière intelligente, le programme complet Way to Zero qu’applique VW dans le monde mais aussi que chaque filiale, dont Volkswagen France, respecte et décline.

Lire aussi  Smart EQ Fortwo : la citadine qui vous veut du bien

Volkswagen dédie aussi toute une rubrique pour expliquer sa démarche d’aller vers la neutralité carbone sur son site web. Avec ce dispositif complet, la marque concrétise ses engagements sans verser dans le discours moralisateur qui forcément, aurait eu du mal à trouver écho après les égarements du constructeur sur le sujet. On apprécie. Et on aime aussi que VW, avec l’aide de DDB Paris, reprennent ses codes publicitaires traditionnels pour valoriser sa démarche de neutralité carbone. Le constructeur comprend ainsi que plutôt que de vouloir faire “différent” pour parler d’écologie comme la plupart des annonceurs, il suffit parfois simplement que le message soit bon pour qu’il soit reçu. C’est le cas ici avec deux films amusants et réussis qui laissent place aux acteurs en filmant en plan unique plutôt que, là encore, se servir du décorum pour en mettre plein la vue. Ici, le spectateur, l’automobiliste, reçoivent l’information. A eux de l’interpréter et de se faire un avis. Au final, une campagne sobre qu’on apprécie, loin du greenwashing forcé trop souvent utilisé par les constructeurs automobiles. 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.