Chine : le luxe européen s’expose!

Le Salon de Shanghai a refermé ses portes il y a quelques jours. Un salon haut en couleurs où les constructeurs locaux mais aussi les européens auront brillé. Et chez ces derniers, une tendance s’est une fois de plus confirmée : la Chine devient le nouvel eldorado du luxe automobile. Premier signe fort : Citroën a choisi Shanghai pour dévoiler le nouveau porte-drapeau de sa gamme premium DS : la DS5. Une voiture élancée qui oscille entre break, monospace et coupé. Avec comme signature visuelle une crosse chromée qui s’étend du phare au montant du pare-brise. Il est vrai que les chinois sont friands de chrome.

Mais l’exemple de la DS5 dévoilée en Chine, s’il est parlant, il n’est pas le seul. Audi est venu avec son Q3 et son A3 Concept, BMW a dévoilé sa M5 et Mercedes a levé le voile sur sa future Classe A sous la forme d’un concept car. Même le petit Seat a fait le déplacement avec ses Ibiza et Leon Cupra et veut devenir, en Chine tout du moins, la marque fun et dynamique des jeunes fortunés! Mini n’est pas en reste avec une version Goodwood réalisée en collaboration avec Rolls Royce.

Rolls Royce, parlons-en justement. Car si la Ghost se promène de salon en salon depuis quelques mois, elle a entamé officiellement sa commercialisation au Salon de Shanghai. Un souhait de Torsten Muller-Otvos, Directeur Général de la marque anglaise, qui a voulu envoyer un signal aux nombreux acheteurs potentiels d’Asie. D’ailleurs, à peine le voile levé sur le modèle, le stand Rolls était envahi par la foule. Au point même que dès les journées presse, des millionnaires ont acquis 2 Phantom – prix de départ : 9 millions de yuans (1,3 million de dollars) – et 4 Ghost  allongée – 5,1 millions de yuans (745 000$) -, malgré des taxes de 145% sur ces véhicules importés. Même le DG n’en est toujours pas revenu comme il l’a déclaré à l’AFP : “Normalement, cela n’arrive pas. Pas pour le jour réservé à la presse!”.

Rolls-Royce a enregistré une hausse de 600% de ses ventes en Chine l’an dernier et M. Muller-Otvos dit s’attendre à une croissance à deux chiffres cette année. La Chine est devenu en 2010 le second marché du constructeur derrière les Etats-Unis… et désormais juste devant la Grande-Bretagne.

Selon les prévisions d’IHS Automotive, plus de 900 000 véhicules de luxe ou premium devraient être vendus cette année en Chine soit 20% de plus que l’an passé. Et ça n’est qu’un début car ce chiffre devrait dépasser les 1,6 millions d’ici à 2015. De quoi faire de la Chine le premier marché pour bon nombre de constructeurs! Lamborghini estime que l’Empire du Milieu deviendra son premier débouché en 2011. Les commandes de Chine arrivent plus vite que les véhicules ne sont produits et les clients au salon de Shanghai se sont fait dire qu’ils devraient attendre 2012 pour les livraisons, rapporte le China Business News. C’est d’ailleurs pour cela que la marque a choisi ce salon pour y dévoiler sa monstrueuse Lamborghini V12 LP 700-4 Aventador!

Même les dirigeants d’Aston Martin se frottent les mains. Sur les 77 exemplaires produits de la One-77, cinq sont réservés au marché chinois. Et l’un d’entre eux à déjà été vendu durant le salon pour la “modique” somme de 47 millions de yuans (6,8 millions de dollars)! L’Asie est le marché à la plus forte croissance pour Aston Martin, et la Chine a dépassé le Japon pour devenir dans la région le premier marché du britannique, avec plus de 100 véhicules vendus – un chiffre que M. Bennett, Responsable chez Aston,  espère voir doubler en 2011 : “Nous sommes totalement enthousiasmés par le potentiel de la Chine”.

On n’oubliera pas Bugatti qui est venu avec avec une édition spéciale de sa Veyron Grand Sport et… une Veyron Super Sport qui a troqué son orange de l’an dernier contre un noir carbone du plus bel effet!

L’avis du marketeur :

Si bon nombre de constructeurs comme Peugeot, Citroën voient en la Chine leur nouvel Eldorado,  l’âge d’or a semble-t-il déjà débuté pour les constructeurs premium et les fabricants de luxe. D’ailleurs ces derniers avaient un hall qui leur était spécialement dédié afin que les millionnaires puissent venir admirer leurs futurs écrins automobiles. Encore un des grands paradoxes chinois où le communisme et le capitalisme s’entremêlent à chaque coin de rue. Pourquoi l’automobile y aurait-elle échappé?!


Sources et Iconographie : argusauto.com, automoto.fr,  Citroën, Mini, Rolls Royce, Lamborghini, Bugatti.

 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire